Attention :

Les repacks proposés ici sont des versions inédites non éditées chez nous, qui ont été réalisées par mes soins ou par celui de mes collaborateurs. Le blog en lui-même n'héberge aucune œuvre, il renvoi vers des liens. Il n'y a aucun but commercial, cela ne génère aucun bénéfice, ces repacks ne sont là que pour empêcher ces films, ces VF, ces montages de disparaitre à jamais. Il s'agit d'un partage "raisonné", les films étant retirés du blog lorsqu'ils sont édités en bonne et due forme, avec entre autre notamment leur VF d'origine complète. Si toutefois la présence de certains repacks posent problème, n'hésitez pas à m'écrire par mail. Lorsqu'un repack est retiré, inutile de me demander de le remettre. A moins que l'édition soit épuisée et impossible à retrouver.

REJOIGNEZ MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/indianagillesrepacks?fref=ts

MA CHAINE YOUTUBE :

https://www.youtube.com/channel/UCzdEiz9bvKXPXIYD51NbaSw

mercredi 17 août 2016

[Repack] : Lupin III - série 2 (HD, VF,VI et VOSTFR) en cours...


Réalisation : Kyōsuke Mikuriya, Ichinori Tanahashi, Yasumi Mikamoto, Yagi Ishikura,
Shigetsugu Yoshida, Hideo Nishimaki, Noboru Ishiguro, Hideo Takayashiki, Hayao Miyazaki
Avec les voix françaises de : Philippe Ogouz (Edgar/Lupîn), Catherine Laffond (Magali/Fujiko), Francis Lax (Isidore/Jigen), Jacques Ferrière (Lacogne/Zenigata, Yakitori/Goemon)

Nationalité : Japon
Genre :  Animation
Durée : 155 épisodes de 25 mn dont 52 doublés en français
Année de production : 1977-1980
Titre original : Rupan Sansei

Suite des aventures de Lupin III (Edgar), petit-fils franco-japonais du célèbre Arsène Lupin et de ses plus ou moins fidèles acolytes, Jigen (Isidore) le pistolero, Goemon le samouraï (Yakitori) et Fujiko la femme fatale (Magali). Poursuivi par l'inspecteur Zenigata (Lacogne), ils auront fort a faire durant ses 155 épisodes pour ramener leur butin chèrement acquis.

Générique français original

Je remercie Jmister, Sebseb, Bertrand et Veggie 11 pour leur participation

Deuxième et plus longue série consacrée à notre cambrioleur préféré, il s'agit sans aucun doute de la plus populaire et la plus connue de toutes. Si certains puristes restent particulièrement attachés à la première série, plus adulte dans sa première partie, pour ma part, je préfère de très très loin celle-ci. Pour commencer, Monkey Punch est plus libre dans la direction de cette série et il peut enfin donner à Lupin sa veste rouge, ce qu'il aurait voulu pour la première série. Le côté noir et sexy sont atténuées, le ton s'avère donc plus familial, ce qui n'est pas une insulte en soit. Mais la série est surtout bien plus rythmée et drôle. Les aventures se déroulent dans le monde entier, on voit vraiment du pays ! La série ne se prive pas non plus de faire énormément de références à des films et des personnages que Monkey Punch a beaucoup apprécié. Ne soyez donc pas étonné de croiser le fils de Colombo, l'Inspecteur Clouseau, Lady Oscar ou Superman...
Deux choses me chagrinaient pas mal dans la première série : d'une part, le personnage de Goemon y était trop peu présent et de plus, les musiques manquaient vraiment de punch. Ces deux lacunes sont ici largement corrigées. Car la musique de Yuji Ono est bien plus proche de ce que l'on avait pu entendre dans le superbe Le Secret de Mamo, premier (et pour moi meilleur) film consacré à Lupin III, soit une musique bien plus jazzy et enlevée. Ce style accompagnera désormais toutes les œuvres de Lupin.

Grâce à un character design particulièrement réussi, la série reste toujours très agréable à regarder aujourd'hui, même si certains épisodes sont techniquement un peu léger. Ce fabuleux character design sera repris dans de nombreux téléfilms, à partir de la fin des années 90.
La série a été diffusé en France au début des années 80 sur FR3 sous le titre Edgar Détective Cambrioleur. Malheureusement, elle ne connut pas un assez grand succès et seul le premier tiers de la série fut doublé en français, soit, 52 épisodes sur les 155 au total. C'est assez dramatique tant le doublage français était une réussite. Il faisait en effet appel à de grands comédiens, et pas seulement pour les rôles principaux. Philippe Ogouz prêtait pour la première voix sa belle voix suave à Lupin. Ce n'était pas gagné d'avance tant son timbre de voix est différent de celui de Yasuo Yamada, la voix originale de Lupin. Au final, le pari est plus que gagné, Lupin gagnant beaucoup de classe, tout en restant toujours aussi délirant dans les passages plus déconnants. Francis Lax le grand, double quant à lui Jigen avec un style bien à lui. Certains n'aiment pas, préférant la sobriété un brin monocorde de sa voix Japonaise Kiyoshi Kobayashi, mais en ce qui me concerne, c'est dix crans au dessus, Jigen gagnant au passage le brin d'humour qui lui manquait. Fujiko est doublé par Catherine Lafond, alias la voix la plus sexy du monde. Que dire si ce choix est la perfection même ? Personne de censé ne pourra contester ceci. Quant à l'Inspecteur Zenigata et Goemon, ils sont tous les deux doublés par le même acteur, l'extraordinaire Jacques Ferrière qui parvient à rendre son Zenigata totalement hilarant et son Goemon sobrement génial. A noter qu'à partir de l'épisode 44, c'est Serge Lhorca qui prit sa place et, s'il s’avère peut-être un poil moins bon, il assure non sans génie ce remplacement, surtout sur Zenigata.
Pour enfoncer le clou, la série accueille énormément de seconds rôles de luxe qui tourne au fil des épisodes comme Roger Carel, Georges Atlas, Jean-Claude Balard, Pierre Trabaud, Albert Augier, Pierre Fromont,  Claude Dasset, Edgar Givry, Gérard Hernandez, Jean-Claude Montalban, Raoul Delfosse, Henri Poirier, François Leccia, Serge Bourrier, Jane Val, Marcel Jemma, Monique Thierry, Amélie Morin, Jacques Chevalier, Jacques Marin, Georges Lycan... Non, mais voilà quoi !
Bref, je sais que je vais faire hurler les gros puristes qui ne jurent que par les versions Japonaises, mais en ce qui me concerne, je trouve que la VF surclasse, écrase, pulvérise totalement la VO Japonaise, à un niveau limite indécent. Et pourtant, tout est loin d'être parfait. Il y a en effet beaucoup de libertés qui sont prises, souvent pour le meilleur ceci dit, mais cela crée parfois de légères incohérences aussi. De plus, on sent pas mal de tâtonnement sur certaines choses, comme sur le nom français de certains personnages. Jigen va demeurer (très) longtemps sans nom, tout au plus sera-t-il appelé de temps à autres "l'autre barbu" ! Puis il deviendra subitement Isidore, même si de temps à autres il récupèrera son nom d'origine Jigen sans crier garde. Mais c'est encore Goemon qui est le plus mal loti : Yakitou, Yokitori, Yakitori... et parfois Goemon... Ils se sont bien compliqué la tâche et, à part Lupin qui est devenu Edgar pour des raisons de droits, ils auraient mieux fait de garder les noms originaux, ça leur aurait épargné ce genre de boulettes. Au final, rien de bien méchant, sauf pour les mégapuristes. En ce qui me concerne, c'est le jeu d'acteur et le plaisir qu'ils me donnent qui priment, et rares sont les moments que je trouve moins bons qu'en VO, c'est plutôt largement l'inverse. Mais cet avis est très personnel.
Je me dois de dire quelques mots sur la version italienne également. Lupin est doublé par l'historique et légendaire Roberto Del Giudice, Jigen par le non moins légendaire Sandro Pellegrini. C'est simple, les deux acteurs auront doublé TOUTES les productions Lupin jusqu'à leur mort, parfois même à plusieurs reprises. En ce qui concerne les autres rôles, bien qu'ils doubleront l'intégralité des 155 épisodes, ce ne sont curieusement pas les acteurs qui deviendront par la suite les voix officielles pour le reste de la production. Ainsi, Goemon est (excellemment) doublé par Massimo Rossi et Fujiko est doublée par Piera Vidale. Cette dernière avait déjà doublé Fujiko dans le premier doublage italien du premier film de Lupin Le Secret de Mamo. Toutefois, ces deux acteurs retrouveront très tardivement leurs personnages puisqu'ils les doubleront pour deux jeux vidéo, sortis sur Playstation 2 (inédit en France, bien entendu). Quant à Zenigata, c'est l'excellent Marcello Prando, qui a également dirigé le doublage italien, qui le doublera pour la seule et unique fois. La transition sera tout de même assez douce par la suite, car les futurs voix officielles auront des voix au timbre vraiment très proche.
Cette VI est vraiment excellente et n'a pratiquement pas été touchée par la censure. Elle préserve tous les noms originaux... à l'exception de celui de Fujiko qui est rebaptisé Margot, comme dans la VA et la VF du Secret de Mamo. Le texte m'ayant semblé plus proche du texte original japonais et l'interprétation étant tout aussi solide que celui de la version française, je ne peux que vous conseiller de voir les épisodes également dans cette version. Avec les sous-titres de la version Japonaise ça peut bien le faire, même s'ils ne correspondront pas totalement. Ceci dit, la VI a tout de même un petit défaut : contrairement à la VF qui fait appel à beaucoup d'acteurs différents pour les seconds rôles, la version italienne se contente pratiquement toujours du seul Valerio Ruggeri pour ça. Et s'il a une voix parfaite pour jouer la plupart des méchants, cela peut quelque peu lasser au bout du compte. Enfin bref, regardez les 3 versions. Et en boucle si possible. Elles valent toute le coup !


Les Bluray de la seconde série ne sont malheureusement pas au niveau de ceux de la première qui étaient vraiment épatants. Mais la valeur ajoutée par rapport aux DVD est tout de même très importante. De plus, contrairement à ce qui était indiqué, les DVD n'étaient pas en version intégrale, il manquait surtout les plans avec des Kanji incrustés, présentant les lieux. Ce n'était pourtant pas bien compliqué à réinsérer... Il manquait également les fameux eyes-catch, cette petite animation que l'on trouve au milieu d'un animé et qui annonce la pub. Perso, je déteste les eyes-catch qui, pour moi, coupent le rythme et tombent comme un cheveu sur la soupe. Leur présence ne se justifient que par l'arrivé de la pub... qui est bien entendu coupé. De plus, ils se répètent deux fois à l'identique, ce que je trouve particulièrement lourd. Encore une fois, les puristes risquent de s'en offusquer, mais j'aurai largement préféré qu'ils soient coupés et mis en bonus à part ou à la limite qu'on en mette qu'un au lieu des deux. Je sais, j'ai aucun respect !
J'ai réalisé les repacks de la version française jusqu'à l'épisode 16. Ce n'était pas très compliqué, le plus gros du travail étant de retravailler les jonctions au niveau du titre en japonais et de ce satané eye-catch. Le plus embêtant, c'était de remettre les plans absents des présentations des lieux, sans que l'on sente la transition sur la musique. J'ai bien entendu mis le très bon générique français qui n'était malheureusement pas présent sur les DVD pour cause de droits. Comme il restait un peu de mou au début ou à la fin, je l'ai juste légèrement étiré, sans changer la tonalité, et il est entré à la perfection. En ce qui concerne l'annonce des épisodes suivants, autre chose que je trouve absolument insupportable tant ça gâche souvent bien des surprises, plutôt que de sous-titrer les dialogues japonais, j'ai préféré y insérer la musique du thème original de Lupin. Cela évite non seulement d'avoir inutilement du Japonais sur la piste française et italienne, mais en plus, je trouve que ça donne beaucoup plus de mystère aux images de l'épisode suivant. Rendons à César ce qui appartient à César, je n'ai pas eu cette idée tout seul, je me suis juste inspiré de ce qu'avait fait un éditeur et que j'avais trouvé fort judicieux. Il me semble, si je ne m'abuse, que c'était pour le coffret de Cobra Space Adventure.
Mais pourquoi n'avoir fait que les 16 premiers épisodes ? Car les autres avaient déjà été réalisés par Sebseb, ce qui nous a fait gagner un temps fou. J'ai toutefois corrigés certaines choses pour que cela soit dans la continuité de mes repacks (le générique qui rentre pile, la musique pour le résumé et quelques petits oublis). Mais je n'ai fait que superviser le tout, les repacks ayant été fait avec grande classe par Sebseb que je vous demande d'applaudir !
Du coup, cela m'a permit de m'occuper plus vite des versions italiennes. Cela aurait dû être plus simple que pour les VF car les DVD étaient avec le montage complet. Sauf que ces DVD étaient totalement foireux : la piste était presque toujours mal synchronisées, le mec s'étant occupé de ça ayant visiblement été perturbé par la présence du titre au début et de ce décidément maudit eye-catch au milieu de l'épisode. Normalement, j'ai réglé tout ça, mais ce ne fut pas sans mal. En zappant sur la piste, vous pourrez écouter le générique italien, très bal musette, qui fait ressortir pour les spectateurs Italiens, les origines Françaises de Lupin.
Jmister s'est quant à lui chargé de resynchroniser et corriger les sous-titres pour la version Japonaise. Un travail titanesque, à n'en point douter. Les titres ont également été retraduits plus fidèlement quand c'était nécessaire. A partir de ces sous-titres, j'ai pu réaliser les sous-titres forcés pour les panneaux ou les passages censurés de la VF et de la VI. Je n'ai pas oublié d'adapter les bons noms au passage, transformant Lupin en Edgar par exemple, afin de garder la cohérence, ce qui n'avait pas été fait sur les DVD. Et comme le générique a également été traduit par Jmister, j'en ai profité pour remplacer le nom des comédiens japonais par celui des comédiens français ou italiens, selon ce que vous regardez. Quoi de plus logique, encore une fois ?
Pour finir, petite anecdote au sujet du repack de l'épisode 5 : vous remarquerez sans aucun mal que durant cet épisode, le temps de deux tirades, la voix de Goemon et Jigen est subitement inversée, que ce soit en français ou en italien. Ce n'est pas une erreur de la part des adaptateurs, c'est juste que ce plan est différent sur le master Japonais et que les deux personnages ont inversé leur tirade ! A cause de la longueur différente des phrases, il m'a été impossible d'inverser ça, et j'ai donc laissé tel quel. La synchro est parfaite... mais pas sur les bons personnages. C'est le seul douci du genre que j'ai rencontré tout le long de mes 16 épisodes.

PS : Comme je dois vérifier à la fois la VF et la VI à chaque épisode, je risque de mettre du temps pour vous proposer tous les épisodes. J'essayerai d'envoyer par paquet de 10 épisodes à chaque fois.

Veggie 11, grande spécialiste de Lupin et de son univers, a réalisé une analyse ultra poussée des 52 premiers épisodes. Elle m'a gentiment autorisé à la réutiliser ici. Si je ne suis pas forcément d'accord sur tous les points, certains choses étant forcément subjectives et elle le précise d'ailleurs elle-même, son travail est aussi titanesque qu'intéressant. Grâce à elle, vous allez redécouvrir la série comme jamais ! Merci à toi Veggie !

Et pour télécharger un épisode, clickez sur le titre.

Commentaires sur les 52 premiers épisodes par Veggie 11


Inspirée par l'excellente analyse du site Dragon Ball Salagir dans sa rétrospective des différents épisodes de la série en question, voici mon avis sur les différents aspects des 52 premiers épisodes en VO comme en VF (avec un peu d'allusion au doublage américain) tant sur le plan scénaristique, musical, technique et vocal !
Note : ces commentaires appartiennent respectivement à l'auteur de ce texte. Chaque lecteur a le droit de ne pas être d'accord avec ces propos, notamment en ce qui concerne les notes attribuées aux épisodes.

Voici maintenant comment seront organisés les commentaires par épisodes :

Censure : Lupin III faisant partie du groupe des aberrations télévisuelles (comprenez : anime non destinés aux enfants à l’origine mais diffusés malgré tout dans des émissions jeunesse), la version proposée sur France 3 a dû être édulcorée. Scènes coupées, langage adouci sur des passages peu adaptés à des enfants (insultes, allusions au sexe ou à l’alcool, menaces) ou, au début, des passages où apparaissent des écrits en japonais… Néanmoins, contrairement à des séries comme Dragon Ball Z ou Saint-Seiya, la censure est encore assez soft. La politique de la famille Huchez et IDDH était plus raisonnable que celle d’AB, il faut le reconnaître.

Scène intéressante/culte : scènes développant la personnalité d’un protagoniste, dimension symbolique apportant un renouveau dans la série ou tout simplement des scènes que nous apprécions par leur mise en scène.

Doublage : Adulée ou détestée (j'ai aussi entendu des critiques virulentes à son sujet), la VF d'Edgar détective cambrioleur a ses (grandes) qualités comme ses défauts. Je mentionnerai ici des remarques sur les voix ou les interprétations des personnages, mais également des erreurs de traduction, la lenteur pour connaître les noms français des protagonistes, certains accents ridicules ou encore les prononciations des mots japonais. Un bon point à signaler : l’effort de synchronisation entre le langage et le mouvement des lèvres, ce qui n’est pas toujours le cas en VO. La traduction propose également des jeux de mots ou des gags parfois plus drôles qu’en VO et dans l’ensemble, dès que la scène est d’ordre comique, la VF se situe au niveau de la VO. Concernant les noms des comédiens de doublages pour la VF, je remercie chaleureusement le site Planète Jeunesse !

Musique : musique originale présente souvent dans un seul épisode très adaptée ou musique amenant un plus à une scène.

Erreur : un personnage agit de manière complètement illogique par rapport à sa personnalité ? Une erreur historique ou culturelle dérangeante ? Des erreurs techniques ou dans le dessin (exemple frappant : un personnage est habillé d’une telle manière puis la seconde d’après porte d’autres vêtements) ?

Réalisation de l’épisode : l’un des préjugés sur l’animation japonaise est d’être bien inférieure techniquement aux productions occidentales. Si effectivement certaines séries ont bénéficié d’une réalisation très moyenne pour cause de délais ou de budget limité, il faut aussi souligner qu’entre comparer une petite série TV et un grand film d’animation réalisé par les studios Disney, c’est faire fausse route ! La série TV 2 de Lupin III date de 1977 et peut être considéré comme faisant partie de ce qui se faisait de meilleur à l’époque en matière de série TV. Vous trouverez ici des remarques sur la qualité du dessin, de l’animation, des décors et même des couleurs.

Clin d’œil : apparition d’un personnage existant ou ayant réellement existé, allusions à des films ou clins d’œil à la série en elle-même (exemple-type : une compagnie d’aviation portant le nom de Lupin Airlines) seront répertoriés dans cette section.

Réflexion : commentaire global sur un épisode ou toute autre chose n’apparaissant dans aucune autre section, venue lors de la vision des épisodes.

Les détails étranges/inutiles/amusants : détails sans grand intérêt, mais qui poussent néanmoins à la réflexion lors de leur brève apparition. Exemple-type : Edgar/Lupin met 2 secondes pour réaliser dix choses.

Comparaison entre doublages : je ferai parfois des allusions au doublage américain, nettement plus adulte au niveau de la traduction que le doublage français pour souligner certaines différences de dialogues. Pour information, si aucune scène ou autre n’est coupée, le langage est bien plus cru, limite vulgaire contrairement à la VF ou la VO. La série ayant été diffusée en 2003 dans la section AdultSwim de Cartoon Network, ce type d’adaptation n’a donc rien d’étonnant.

Intérêt de l’épisode : cet intérêt ne vaut que pour l’auteur de cet article. Tout autre jugement différent est parfaitement compréhensible et accepté.

* = On peut s’en passer
** = Vaut le coup d’œil
*** = Très bon
**** = À ne pas manquer

Références : cette rétrospective se base sur les coffrets édités en 2003 et en 2006 par IDP, la version originale et la version américaine (2003).


(Entre Lisbonne et New-York)

Résumé : après 5 ans d'absence, Lupin retrouve ses amis Jigen, Goemon et Fujiko sur un paquebot luxueux qui réalise sa première croisière. Chacun argumente leur présence en raison d'une étrange lettre qui aurait été écrite de la main-même de Lupin. Ce dernier le réfute... Seraient-ils tombés dans un piège ?

Censures ou coupures : Tout plan présentant des idéogrammes chinois ou des caractères japonais ont été coupés. Les scènes jetées aux oubliettes : tout le début de l’épisode avec l’arrivée de la fausse lettre signée Lupin, de même pour la séquence de la douche. En VF, l’épisode débute donc directement avec la cérémonie de départ du paquebot (39 secondes de retiré). Ce type de coupe se reproduit pour la scène où Lupin arrive en parachute. Des sous-titres en japonais indiquant son nom d’origine passent à la trappe (3 secondes).

Scène intéressante : Flashback sur le premier épisode de la série 1 (à l’époque inédite en France) pour expliquer les raisons de la vengeance du Scorpion alias Mister X en VO. Ce sera le seul sur les 52 premiers épisodes parus en France. Les différences de couleurs et d’animation avec le reste de l’épisode sont d’ailleurs particulièrement frappantes.

Scène culte : Lupin regrette la mort de Zenigata et révèle pour la première fois son attachement envers son ennemi. Il estime que sans Zenigata, les cambriolages n'auront plus le même intérêt.

Doublage :

- Avec les voix de : Philippe Ogouz (Edgar), Francis Lax (Jigen), Catherine Lafond (Magali), Jacques Ferrière (Yokitori et Lacogne), Jean-Claude Balard (Mister X/le Scorpion)

- Trois versions du nom du paquebot nous sont proposées ! Le nom sur la coque nous indique qu’il se nomme Le Sarloin, la VF le renomme Le Sirlona et la VOST d’IDP Le Sirloin. Choisissez lequel vous convient le mieux !

- C’est quand même le premier épisode d’Edgar, détective cambrioleur ! Nous avons donc droit à plusieurs nouveautés, comme les voix et surtout les prénoms des personnages ! Enfin, ça c’est ce qu’on se dit durant les premières minutes… Tout juste apprendrons-nous dans ce premier épisode le nom de notre héros : Edgar (l’emploi de son nom d’origine étant bloqué en France).

- La radio qu'écoute Goemon sur le pont du paquebot n'exprime aucun son en VF ! Quant à la chanson suivant le découpage de la pipe de Jigen en guise de bienvenue, elle est remplacée par le morceau Sunset Flight, l'une des principales BGM de la série Tv 2.

- Quelques petits changements au niveau des dialogues, notamment Goemon qui cite en VO le nom de son école d’arts martiaux pour expliquer sa supériorité sur le colosse qui a tenté de l’étrangler («La bave du crapaud n’atteint pas l’aigle royal» en VF) ou encore Zenigata qui prétend avoir été muté vers un bled campagnard à cause d’une mystérieuse affaire concernant une certaine Mme Gras Double qui n’existe pas en VO.

- Durant la scène de torture dentaire où un innocent passager se fait tuer par un serpent à la place de Jigen, la réplique de ce dernier change totalement entre la VO et la VF. En VO, il essaye aussitôt de prévenir le faux médecin que le patient souffre, alors qu’en VF, il est surpris par la technologie de pointe du cabinet.

Le détail amusant : Jigen est connu pour être habituellement un amateur de cigarettes. Les plans où on le voit clope en bouche ou brandir son fameux paquet de Pall Mall restent innombrables... à l'exception de deux épisodes : l'épisode 7 où il goûte la chicha (ou le narguilé si vous préférez) et... cet épisode où pour la première et unique fois il s'essaye à la pipe !


Réflexion : Lupin III, bien qu’inscrit dans le genre policier à l’origine, est connu pour se sentir à l’aise dans tout genre confondu. Sauf que là, on se croirait plutôt dans Hulk ou Bioman, excusez du peu…

Intérêt de l’épisode : **
Si la première partie reste sympathique, la seconde partie exploitant un délire du style "Je suis le chef des Scorpions, mais attention on m’a transformé et je suis maintenant le Grand Hulk qui va tous vous écraser" affaiblit pour beaucoup l’intérêt de ce premier épisode. J’avoue la première fois m’être demandé si je devais poursuivre le visionnage de la série…

Note Indianagilles : **
On commence en douceur avec un épisode sympathique, mais sans grand relief


(Rio de Janeiro)

Lupin et sa bande se retrouvent à Rio de Janeiro pour s'emparer de l'argent des paris lors de la coupe de football sud-américaine. Pour cela, ils provoquent volontairement un grave accident de voiture pour se retrouver à l'hôpital de la prison. Ainsi, ils pourraient se forger un puissant alibi.

Censures ou coupures : Les coupes pour masquer toute trace d'écriture japonaise a frappé une nouvelle fois. Exit le passage – pourtant primordial scénaristiquement parlant – du message codé traduit à l’écran par des katakana. Pour rester dans la logique de la VF qui fait débuter la scène au moment où le visage de Lupin apparaît à l’écran de la caméra de surveillance pour s’excuser, la réaction du gardien face au bruit n’y apparaît pas non plus (39 secondes de retiré). La réplique suivante nous propose donc un bricolage VF réalisé à la va-vite pour rester dans la logique des images restantes : «J’ai toujours voulu m’amuser devant un écran de télévision. Merci inspecteur !». Pourquoi n’avoir pas non plus supprimé cette minuscule séquence n’apportant rien à l’intrigue de base ?

Doublage :

- Avec les voix de : Philippe Ougouz, Francis Lax, Catherine Lafond, Jacques Ferrière…

- On ne connaît toujours pas le nom des complices de Lupin ni celui de l’inspecteur.

- Le nom du joueur brésilien Pelé a disparu de la VF. Nécessité de masquer l’emploi de personnes existants ou ayant existé ?

Erreur vestimentaire : Nos trois héros quittent d’abord l’hôpital en pyjama... Vu le temps qu’il leur restait, il était inutile qu’ils se changent uniquement pour assommer les trois responsables du service de sécurité de l’argent des paris. À noter sur la seconde image que Jigen se balade sans chemise ! Ensuite, on les revoit en pyjama direction la prison (Remarquez que soudain Jigen a son chapeau alors que depuis son incarcération, il n’en a plus !)... Normal, me direz-vous. Sauf qu’à un moment, on les revoit avec leurs vêtements de ville ! Problème de coloriage apparemment...



Représentation du pays : L’image du Brésil se résume ici à football, plage de rêve et samba. La misère et les bidonvilles ne semblent pas avoir leur place dans ce petit paradis sur Terre…

Clin d’œil : La compagnie d’aviation de cet épisode s’appelle Lupan Airlines (Lupan étant une transcription possible du nom Rupan, la version japonaise de Lupin).

Intérêt de l’épisode : **
Cet épisode n’est pas extraordinaire, mais l’humour omniprésent grâce à Lupin et Zenigata rendent le visionnage sympathique. La fin pourrait paraître quelque peu tarabiscotée pour celui qui considère Lupin III comme une série hyperréaliste, mais se laisse voir.

Note Indianagilles : **
Rien d'extraordinaire, mais les footeux apprécieront.


(Berlin-Ouest/Berlin-Est)

Lupin a pour objectif de mettre la main sur le trésor des Nazis. Le seul homme connaissant la cachette est un ancien officier du Führer, mais il habite désormais à Berlin-Est de l'autre côté du mur. Lupin et ses amis n'ont d'autre choix que de franchir cet obstacle.

Scène intéressante : Flashback de l’époque du nazisme avec un design cartoonesque.

Doublage :

- Avec les voix de : Philippe Ogouz, Francis Lax, Catherine Lafond, Jacques Ferrière, Pierre Trabaud (L’ancien officier d’Hitler)

- On apprend que la charmante fiancée de Lupin s’appelle Magali !

Linguistique : Un petit cours d’allemand n’aurait pas été de trop... Si Filmatelier est juste, le premier mot (Photographishe) est un adjectif (photographique) et non un mot. La véritable traduction donnerait donc : «Photographique le studio de tournage». Y a un p’tit problème là, non ?

Erreur culturelle : je n’ai pas souvenir avoir lu que les élèves étaient notés sur 100 en Allemagne...

Réalisation de l’épisode : Petite critique sur les couleurs assez fades de l’épisode et surtout les finitions des personnages. En gros plan, l’épisode est encore bien réalisé. Mais dès que le plan s’éloigne, les visages deviennent flous.

Représentation du pays : Le très classique «dès qu’on parle de l’Allemagne, on parle du nazisme, d’Hitler et de la Seconde Guerre Mondiale» prend ici toute sa forme. Visiblement, la Seconde guerre mondiale et le nazisme inspirent beaucoup les réalisateurs, car sur toute la saga Lupin the Third, plusieurs épisodes TV (Épisodes 3, 20, 50, 51, 154 de la saison Tv 2 ou l’épisode 5 de la saison Tv 3), films ou téléfilms (Les Clones de Mamo, L’Or de Babylone, Le Trésor d’Harimao) font allusion à Hitler et sa doctrine nazie.

Intérêt de l’épisode : **
Une bonne introduction à la problématique de l’Allemagne en 1977, malheureusement un peu trop simpliste qui fait davantage passer le Mur comme un obstacle que comme un véritable symbole politique. Les conditions de vie des Berlinois de l’Est sont totalement ignorées.

Note Indianagilles : **
Bonne idée de départ, pas forcément très bien exploitée. La conclusion reste très sympa.


(Ecosse)

Fujiko aurait retrouvé la trace du monstre du Loch Ness lors d'un voyage en Ecosse... Lupin décide de s'y rendre immédiatement pour percer le mystère. Arrivé sur les lieux, il découvre qu'un mystérieux borgne en veut à sa fiancée et principalement à sa jolie voix !

Censures ou coupures : à nouveau une scène coupée pour éliminer toute trace d'écriture japonaise et éviter ainsi de les traduire oralement : le tout début de l’épisode avec une vue sur le Loch Ness (le lieu est indiqué en japonais) est coupé (10 secondes). Scène non replacée dans l’édition non-censurée de 2006 !


Scène culte : séquence hilarante d’un Lupin au bord de la panique qui va jusqu’à perdre la tête et assommer de rage – involontairement – le crâne de son meilleur ami.

Doublage :

- Avec les voix de : Philippe Ogouz, Francis Lax, Catherine Lafond, Jacques Ferrière, Roger Carel (le policier anglais qui accompagne Lacogne), Pierre Trabaud (Professeur Ozone).

- Le policier pourchassant inlassablement la bande d’Edgar a enfin une identité complète : inspecteur Gaston Lacogne. Notez que c’est la troisième fois depuis l’arrivée de Lupin III en France qu’il est renommé (Il avait été nommé Ed Scott en 1980 et Lapoulaille en 1982).

- Phrase stupide : «Les méchants sont toujours punis». Infantiliser la série pour la diffuser à des horaires corrects, à la rigueur. Sauf que Jigen et Goemon sont eux-mêmes d’anciens tueurs, l’un a tué pour la mafia et l’autre pour son clan, n’en déplaise aux adaptateurs français de l’époque et à Lupin. Que ce dernier ait eu la capacité de les ramener vers un chemin un peu plus droit grâce à l’effet Saint-Seiya, soit. Mais qu’ils se mettent soudain à juger des individus qui ne font que représenter ce qu’ils ont été autrefois, ça ne passe absolument pas. Même si les traducteurs l’ignoraient, rester le plus fidèle aux dialogues d’origine était le mieux à faire plutôt que d’adapter à leur propre sauce.

Réalisation de l’épisode : Une petite remarque positive sur les couleurs plus vives et un épisode mieux réalisé que les précédents.

Représentation du pays : Cet épisode ne met aucunement en doute l’existence du monstre du Loch Ness, ce qui est à mon sens trop facile. L’image de l’Ecosse est d’ailleurs très traditionnelle : château fort entouré d’un brouillard épais.

Intérêt de l’épisode : **
Un épisode permettant d’épaissir un peu la psychologie de Fujiko et de nous la montrer sous un jour plus sympathique. Dommage pour la facilité scénaristique sur l’existence du monstre du Loch Ness, le coup du robot aurait largement suffi.

Note Indianagilles : *
En ce qui me concerne, c'est sans grand intérêt.

(Suisse)

En vacances en Suisse, Lupin participe avec Fujiko et un mystérieux personnage à un cambriolage des plus difficiles : s'emparer de tous les lingots d'or de la plus grande banque suisse et les faire circuler par-delà la frontière jusqu'en France.

Censures ou coupures :

- Nouvelles coupes d'écritures, nous empêchant ainsi de savoir exactement où Lupin et Cie passent leurs vacances. La VO les place au bord d’un paysage idéalisé censé représenter le lac de Zurich, information ignorée en VF (12 secondes de coupure). Cette scène n’est pas restituée dans l’édition non-censurée de 2006 !


- Et un «merveilleux» arrangement audio durant la scène au restaurant. Rappelez-vous, Lupin et sa bande arrivent épuisés à Nice et se précipitent pour aller manger au restaurant. En VF, les traducteurs font passer la bande pour de grands gastronomes amateurs de la cuisine française. Jigen dit lui-même au bout d’un moment qu’après le dessert (Apparemment, le repas passe avant la fortune…), il faudrait penser à retrouver l’or. Problèmes :
1. Je doute fort qu’un amateur de whisky et d’armes à feu vivant au Japon connaisse aussi bien le principe de la cuisine française.
2. Il est à ce moment-là en colère contre Fujiko et le directeur de la banque qui ont volé l’or. Or, à l’entendre en français, la situation ne semble pas vraiment le déranger, comme si la bande avait tout son temps.

Scène intéressante : Pour la première fois, Fujiko montre sa véritable nature : manipulatrice et envieuse, elle n’hésite pas à apporter son aide à Lupin durant un cambriolage avant de garder le butin pour elle seule.

Doublage :
- Avec les voix de : Philippe Ogouz, Francis Lax, Catherine Lafond, Jacques Ferrière, Roger Carel (le banquier).

- Le pseudo accent genevois du directeur est raté, mais c’est supportable (La version américaine fait bien pire). Le bon jeu du comédien nous évite de trop insister dessus, mais l’impression que le comédien joue sur le cliché du banquier suisse hautain et riche reste malgré tout intacte. Mouais… Était-ce vraiment nécessaire ?

Réflexion : Comment Lupin, même s’il est très fort, peut se trouver sur le canapé sans être tombé sur le piège de Zenigata ? Et comment a-t-il pu bluffer l’inspecteur à ce point en prenant sa place sans que ce dernier ne le remarque ? Il y a un passage secret qui permet une communication entre les chambres ou bien Lupin est capable de marcher sur le plafond ? À moins que Lupin soit un pote d’Harry Potter et que ce dernier lui a prêté sa cape d’invisibilité pour l’occasion…

Réalisation de l’épisode : Décors et reflets sur l’eau somptueux comme d’habitude, réalisation assez bonne niveau animation, dessin et couleurs.

Problèmes géographiques : Les déplacements de nos protagonistes sont illogiques : il est dit au début que la bande passe ses vacances au bord du lac de Zurich, même si la représentation de la région est très discutable. Outre l’insertion du Cervin dans un paysage alémanique où il n’a rien à y faire, la région autour du lac semble situer l’action à la fin du XIXe siècle au niveau de l’architecture et des costumes !!! Autre problème : dans quelle ville se déroule le cambriolage de la banque suisse ? L’action ne le précise pas.

Zenigata apprend la nouvelle en lisant un journal écrit en français (Bon déjà, comment il comprend le français ?), ce qui tendrait plutôt à situer l’action en Suisse Romande (Genève ?), mais on peut également envisager l’hypothèse d’une erreur du staff japonais. C’est une erreur relativement fréquente de croire que le français est la seule langue parlée en Suisse (quand ce n’est pas l’allemand).


Quant à la carte indiquant le trajet de Lupin pour rejoindre l’Italie, elle est bourrée d’incohérences : pourquoi traverserait-il toute la Suisse jusqu’à Genève alors qu’il pouvait facilement passer par les Grisons, le Valais ou le Tessin ? Conseil à nos amis les réalisateurs japonais : pour le prochain épisode se déroulant en Suisse, révisez vos manuels de géographie !


Représentation du pays : Banques remplies de lingots, paysages bucoliques idéales pour passer des vacances, rues propres qu’on jugerait pavées de marbre, douane stricte… Tout comme Astérix chez les Helvètes, cet épisode est bourré de clichés poussiéreux sur la Suisse.

Intérêt de l’épisode : ****
Une savoureuse comédie tout-public malgré les nombreux clichés. Notre Zaza en fait des tonnes mais chacune de ses apparitions est un régal et il passe réellement pour la caricature de Ganimard. Quant aux réactions d’Edgar, elles se complètent parfaitement avec celles de son ami l’inspecteur. Cet épisode peut être une bonne introduction à l’univers de Lupin III, surtout pour les plus jeunes.

Note Indianagilles : **
Bon petit épisode , mais on attend encore que la série décolle vraiment.


(Italie)

Des tremblements de terre inexplicables se produisent ces derniers temps en Italie. Intrigué, Lupin et ses amis s'y rendent immédiatement. Arrivés sur les lieux, ils apprennent que le responsable de ces catastrophe, un certain Professeur Paolo qui a été radié de l'Académie des Sciences pour ses expériences controversées, réclame un million de lires. Lupin projette alors de s'emparer de la recette...

Scène intéressante : Zenigata s’émeut en croyant que Lupin veut le sauver bien qu’ils soient ennemis.

Doublage :
- Avec les voix de Philippe Ogouz, Francis Lax, Catherine Lafond, Jacques Ferrière, Roger Carel (Professeur Paolo), Pierre Trabaud (Policier italien).

- La fidélité des dialogues laisse ici un peu à désirer (même si ce n’est pas trop grave pour la compréhension de l’histoire). Quelques petits exemples : «Voici le village qui a été choisi pour l’expérience» (VO : «Voici le village qui a fait l’objet de menaces»), «Les autorités ont été prévenues qu’un raz-de-marée est imminent» (VO : «Je vois, un vaisseau militaire surveille le village depuis le large»), «Qu’est-ce qui est le plus lourd ? Un kg de plume ou un kg de plomb» (VO : à la place de plombs, il s’agit d’un kg de billets. D’ailleurs en VO, au lieu de trouver la question de Lupin idiote, ses compères répondent : les billets). Ce n’est qu’un début...

- Nous sommes en Italie en 1977. La monnaie en cours alors est la lire italienne... Alors pourquoi donc le professeur Paulo réclamerait-il des livres (monnaie anglaises) ?!

- Le paiement de la rançon devra être effectué à 100 km au sud de l’île d’Elbe selon la VO ; en VF en revanche, il s’agit de l’île de Montecristo (changement plutôt absurde puisqu’on voit bien sur la carte qu’il s’agit de l’île d’Elbe !).

- Quelques répliques de la scène suivante n’ont pas été doublées : il s’agit des suppositions de la bande au sujet de l’emplacement exact où la rançon devra être déposée et surtout sur le moyen que devra employer l’ennemi pour récupérer l’argent.

- Méthodes bien cruelles que celle de la police italienne en VF : ce pauvre Zenigata est menacé d’être jeté aux fers s’il s’incruste une nouvelle fois dans l’affaire ! En VO, les policiers, bien plus humains, le menacent simplement d’expulsion du pays.

- Le but du professeur change quelque peu en VF, de même pour les remarques de Lupin.
VO : «Je vais faire de cette ville un nouveau Pompéi !» Lupin en réponse : «Mais où vous irez vivre alors ?»
VF : «Je vais redresser la Tour de Pise !» Lupin en réponse : «Je sens que le tourisme italien va en prendre un sacré coup»

Réalisation de l’épisode : On retrouve nos protagonistes et leur teint pâle et jaunâtre comme dans les trois premiers épisodes, les couleurs ont une fois encore très peu d’éclat. La réalisation est franchement bâclée sur de nombreuses scènes (cf. la tête de Lupin et de ses comparses sur certains plans). Même l’animation laisse à désirer… Pour ternir ce tableau déjà fort peu reluisant, l’image du DVD contient même des poussières et des grésillements comme dans une bonne vieille VHS trop regardée (une mauvaise remastérisation ?) ! Rassurez-vous, IDP n’y est pour rien : le DVD américain contenant ces mêmes défauts visuels, j’en conclus que le problème est également présent au Japon...


Vous remarquez la présence de nombreuses poussières sur cette image...


Intérêt de l’épisode : *
Zenigata est constamment ridiculisé, ce qui rend ses apparitions très lourdes. Même à la fin où il pourrait gagner en crédibilité voire même en honneur, on tombe dans la caricature. Quant au reste du scénario, c’est une question de goût, mais il ne rattrape pas grand-chose : le coup des tremblements de terre on n’y croit pas une seconde, le méchant est sans saveur et la destruction de l’île beaucoup trop prévisible. Un bon point ? Euh… À l’attention des fans-girls de Jigen : on le voit sans son chapeau pendant un bon moment.

Note Indianagilles : **
Un épisode sympathique aux allures très Bondienne, avec son méchant mégalo et ses plans déjantés.



(Le Caire)

Lupin et Fujiko décident de voler le masque d'or du pharaon Toutankhamon lors de vacances en Egypte. Mais Jigen et Goemon s'y opposent : voler le masque serait pour eux une hérésie qui condamnerait Lupin à la folie éternelle voire à la mort. Entêté, Lupin s'y risque quand même et repart triomphant avec le masque. Dès son retour à la maison, il se met à délirer...

Scène intéressante : Fujiko verse quelques larmes sincères, bouleversée d’avoir provoqué involontairement l’état dans lequel est plongé Lupin.

Doublage :

- Avec les voix de : Philippe Ogouz, Francis Lax, Catherine Lafond, Jacques Ferrière

- Goemon est renommé Yakitou. Je rappelle qu’auparavant, il n’était jamais nommé par ce qui ressemble de près ou de loin à un prénom.

- Jigen n’utilise pas l’expression «In’ch Allah» en VF.

- Zenigata, actuellement dans un aéroport israélien, se voit refuser un vol pour l’Égypte. Les raisons, d’ordre politique en VO («Vous êtes en Israël. Il n’y a pas de vol à destination d’un pays arabe !») – probablement une allusion au conflit israélo-palestinien – sont édulcorées en VF. Dans cette dernière version, Zenigata n’a pas le droit d’embarquer parce qu’il se comporterait de façon inadéquate avec l’employé au guichet («Il n’y pas de vol pour l’Egypte pour les grossiers personnages dans votre cas !»).

- Carnarvon est bizarrement transformé en Carnaby (Il s’appelle bien Carnarvon en VO).

- Belles performances de Philippe Ogouz sur Lupin et surtout de Catherine Lafond qui nous propose une Fujiko très touchante.

Erreur historique : Pour coller le plus possible à leur script de base, les scénaristes ont réinventé les différentes morts des protagonistes. Lord Carnarvon n’est pas mort en se jetant par la fenêtre, mais des suites d’une septicémie. Quant à Howard Carter, sa mort ne survient qu’en 1939 des suites d’une cirrhose de foie. C’est d’ailleurs sa mort tardive qui a remis en question toute possible malédiction du pharaon.



Erreur culturelle : Si la résurrection existe bel et bien dans l’Islam et la religion de l’Ancienne Egypte, elle ne peut se dérouler comme celle du Christ dans le Christianisme (ainsi que le montre cet épisode). Il est donc absurde que les Egyptiens de l’épisode puissent se faire berner par les propos de Lupin possédé par l’esprit de Toutankhamon...

Réalisation de l’épisode : Jolie reconstitution de l’Egypte et de ses monuments. Par contre, la qualité du dessin et des couleurs sur les personnages laissent franchement à désirer à certains moments.

Représentation du pays : Égypte antique, point final. Pyramides à visiter, désert + palmier, villes au style architectural musulman... c’est très correct. Et puis, le scénario principal tourne autour de ces éléments.

Intérêt de l’épisode : ***
Développement intéressant de la relation Lupin/Fujiko malgré le synopsis de base d’un classicisme de films d’aventure quelque peu lassant (la malédiction du pharaon a été vue et revue ailleurs).

Note Indianagilles : ***
La série décolle enfin avec cet épisode plus sombre et à l'esprit très aventurier.

Episode 8 : Venise-Express
(Venise)

Lupin a prévu de voler le butin complet de Don Martino, un gangster qui a au fil des années amassé une fortune considérable. Celui-ci emprunte l'Orient express pour se rendre à Paris et faire participer son cheval à une grande course équestre.

Censures ou coupures : Zenigata se fait tabasser par un couple qu’il vient d’interrompre dans leurs ébats. Bizarrement, le plan où il soulève la couverture les dissimulant n’est pas coupé ! L’épisode reprend lorsqu’il entre dans le compartiment suivant. Il y a néanmoins un détail étrange entre les trois versions que j’ai pu entendre (française, japonaise et américaine) : les cris de Zenigata lorsqu’il se fait roué de coups (au passage, on y reconnaît parfaitement la voix de Goro Naya, le seiyû du personnage) sont les mêmes dans les trois versions, alors même qu’en anglais, les comédiens ont rajouté ceux du couple qui protestent contre l’indiscrétion de l’inspecteur. S’agit-il alors réellement d’une scène coupée en français ? Quelqu’un possédant les ancienne VHS pourrait peut-être en dire plus…

Scène intéressante : Zenigata prouve qu’il est également intéressé par les jolies femmes. Ce détail est véridique dans le manga : plusieurs fois, on le voit saliver devant de jolies jeunes femmes, surtout lorsqu’elles sont en train de se baigner dans une rivière. À noter que cet aspect est absent dans la première série TV et la plupart des téléfilms, le montrant davantage comme un inspecteur malheureux en amour et entièrement dévoué à son travail.

Doublage :

- Avec les voix de : Philippe Ogouz, Francis Lax, Catherine Lafond, Jacques Ferrière, Georges Atlas (Don Maltino)

- Légère variante du nom du méchant de l’épisode : Don Martino en VO devient Don Maltino en VF (bon, ça c'est pas très grave).

- Idem pour le nom des chevaux (excepté Santo-Junior), mais ici c’est tout à fait compréhensible vu qu’il s’agit de noms japonais francisés.

Réalisation de l’épisode : L’animation a été meilleure sur d’autres épisodes. On a l’impression que le train n’avance pas sur plusieurs scènes.

Un peu de culture : L’épisode propose un voyage à bord de la ligne Direct Orient-Express (de Londres jusqu’à Istanbul en passant par Milan, Venise, Belgrade et Sofia), en service depuis 1919. Ce sera très probablement le dernier voyage de Lupin et sa bande à bord de ce train, car il fut supprimé l’année même de la diffusion de l’épisode (soit en 1977) ! Il est remplacé depuis par le ÖBB Orient-Express depuis 1982 qui lui passe par Vienne jusqu’à Budapest. Un autre trajet, le Venice-Simplon-Orient-Express, mis en service en 1982, a été supprimé en 2005.

Le détail amusant : Observez bien le personnage au fond à droite... Lupin III aurait-il un jumeau italien ? (Notez que cet anonyme apparaît justement dans une scène où deux Zenigata - Lupin déguisé et le vrai, bien entendu - se pourchassent mutuellement !)


Edit : c'est vraiment la scène des jumeaux dans ce passage ! Les deux personnages se faisant face à l'avant se ressemblent comme deux gouttes d'eau ! Volontaire ou fainéantise de la part des dessinateurs ?

Représentation du pays : Assez réaliste, aucun souci. Bon, Venise passe pour la ville des romantiques amoureux et autres séducteurs, mais ça nous permet une scène comique avec Lupin qui passe drôlement bien.

Intérêt de l’épisode : **
Un épisode moyen et longuet rattrapé par son humour grâce aux excentricités imprévisibles de Zenigata (ce dernier y est hilarant !).

Note Indianagilles : ***
Si comme moi vous aimez les aventures en train, vous allez vous régaler. La série prend ses marques.


(États-Unis)

Lupin fait la rencontre du descendant du grand peintre d'estampes Sharaku. Celui-ci est très âgé et sur le point de mourir. Fujiko, qui lui sert de garde-malade, supplie Lupin de satisfaire les dernières volontés du vieil homme : récupérer la dernière estampe peinte par son ancêtre et l'ajouter à sa collection.

Censures ou coupures : Deux scènes dévoilant la perversité de Lupin sont supprimées : lorsqu’il feuillette Playboy dans l’avion (12 secondes) et lorsqu’il tente de caresser les jambes de Fujiko qui le repousse en lui pinçant la main. (5 secondes)

Doublage :

- Avec les voix de : Philippe Ogouz, Francis Lax, Catherine Lafond, Jacques Ferrière, Albert Augier (Alan Budosone/Sharaku)

- Le nom du comédien engagé par Fujiko passe d’Alan Bdosone en VO à Alan Budosone en VF. Cette différence est due à la prononciation japonaise des noms étranges qui utilise Bu à la place de B.

- La culture japonaise est davantage présentée en VF (signification de l’ukiyo-e et biographie de Sharaku), ce qui est tout à fait normal et même plutôt intéressant. En VO, Lupin se contente de remarquer le nom de Sharaku.

- Le pauvre samouraï Goemon est définitivement renommé Yokitori. Petite controverse : si le changement de nom a pour but de faciliter la compréhension chez les jeunes téléspectateurs, en quoi Yokitori serait-il plus facile à retenir que Goemon ? D’autant que durant un certain temps, les comédiens se tromperont plus d’une fois dans la prononciation de ce nom.

- Durant la scène où Fujiko se déguise, les répliques sont totalement différentes entre les deux versions. Alors qu’en VO Lupin lui fait des compliments sur son physique, en VF il ironise sur ce déguisement qu’il trouve ridicule (Réplique changée pour supprimer le plan suivant où il caresse ses jambes ?).

Intérêt de l’épisode : ***
Une intéressante introduction à l’art japonais et un final assez inattendu, même si le début nous met sur une certaine piste et nous recommande de nous méfier.

Note Indianagilles : **
Le vrai problème de cet épisode ? Tout suspens est détruit par son introduction. Du coup, l'épisode perd presque tout son intérêt. Dommage.


(Paris/Londres)

Invité à une soirée par Marcel Durand (Marc Dulin en VF), un jeune premier richissime et amateur de femmes, Lupin se retrouve pris au piège : Marcel lui enserre à la taille une ceinture explosive et garde Fujiko en otage. Lupin n'a d'autre choix que de voler à Scotland Yard un document, le M123, et le ramener à Marcel. S'il n'agit pas dans les 24 heures, il mourra...

Scène intéressante : L’amitié entre Jigen, Goemon et Lupin est mise en avant pour la première fois depuis le début de la seconde série.

Scène culte : L’apparition des Trois Mousquetaires, pardon des Trois Faux Zenigata et le désespoir du vrai font partie des scènes les plus hilarantes de la série TV 2.


Doublage :

- Avec les voix de : Philippe Ogouz, Francis Lax, Catherine Lafond, Jacques Ferrière, Pierre Fromont (Marc)

- Doublage manquant quelque peu d’émotion lors de la scène où Jigen et Goemon promettent à Lupin de l’accompagner dans la mort. Ce n’est pas du tout désagréable, on ressent un certain investissement de la part des comédiens, mais l’émotion véhiculée durant cette séquence n’a pas le poids de la VO. La réplique est très classe, en revanche.

Réalisation de l’épisode : Franchement mauvaise, même en prenant un certain recul.

Réflexion : Le fait que Marc Dulin (Marcel Durand en VO) retrouve son visage d’autrefois suite à l’explosion et la peur est assez tiré par les cheveux, vous ne trouvez pas ?

Comparaison entre doublages : À noter en VO et en VA l’utilisation d’expressions françaises contrastant avec l’emploi des langues japonaises et anglaises dans les deux doublages en question. Détail qui évidemment saute en VF.

Intérêt de l’épisode : ***
Un épisode un peu plus adulte et rempli de suspense qui se permet une première focalisation sur la relation amicale entre Jigen, Lupin et Goemon. Dommage pour la révélation finale franchement peu crédible.

Note Indianagilles : **
Une bonne idée de départ, mais pas très bien exploitée. La série retombe dans ses travers...


Episode 11 : Grand Prix à Monaco
 (Monaco/Macao)


Lupin a prévu de participer au Grand-Prix de Monaco. Avec la Formule 1 qu'il conduit pour l'occasion, il est persuadé de remporter la course. Mais lors d'une soirée au casino, le chef des gangsters de la région, Socrate Nexos, le défie et le dévalise entièrement, Formule 1 compris. Lupin n'a d'autre choix que de jouer en faveur de Socrate Nexos s'il veut participer à la course...

Censures ou coupures : Jigen met le feu à la flaque d’essence qu’ils viennent de déverser sur la route pour arrêter le camion contenant le butin. Les deux passagers du camion sautent à terre, les vêtements enflammés. Goemon et Fujiko s’emparent alors de l’argent. La scène reprend lorsque les passagers reprennent conscience et veulent récupérer l’argent. (16 secondes) (NDIndianagilles : j'ai pu remettre ça en français via une astuce)

Scène intéressante : Lupin montre bien durant toute la partie de cartes au casino à quel point il manque de sang-froid et d’esprit cartésien dans des situations défavorables... Il n’hésite pas à se montrer capricieux (il insiste pour poursuivre la partie alors qu’il n’a plus rien à gagner) voire égoïste (il oblige Jigen à mettre ses vêtements comme gage de la partie) !

Doublage :

- Avec les voix de : Philippe Ogouz, Francis Lax, Catherine Lafond, Jacques Ferrière, Albert Augier (Socrate Nexos)

- Suivre cet épisode en VF est un réel plaisir grâce à une traduction cocasse (les surnoms attribués à Socrate Nexos) et à une interprétation impeccable de la part des comédiens. 

- Goemon en VO croit qu’aller au casino signifie jouer aux dés (ce qui colle à son mode de vie proche du Japon ancestral), ce qui n’est pas mentionné en VF. On a plutôt l’impression qu’il s’attend à affronter quelqu’un au bras de fer (vu qu’il brandit le poing) ou à se battre au sabre. 

- Socratès Nexas devient Socrate Nexos en VF. Rien de particulièrement gênant...

- Étrange qu’un journaliste de la BBC (chaîne britannique) dit se nommer Jean Danielo !

- Les noms et les nationalités des autres participants à la course ne sont pas les mêmes que ceux de la VO mais s’en rapprochent. Visiblement, il s’agit d’un problème de droits vu qu’en VO les concurrents de Lupin portent tous les noms de personnalités sportives ayant réellement existé.

- Pour la première fois, Jigen écorche le nom français (Yokitori) de Goemon. Il l’appelle en effet à un moment Yokitiri. 

- Jigen ne parvient pas à gagner à la roulette en misant sur un chiffre pair (le 12) en VF... alors que le chiffre est impair (17) en VO ! Ce n’est pas une erreur en soit, mais j’ai trouvé ce changement assez cocasse quand on sait qu’en VF, Jigen s’énerve justement que le chiffre qui vient de sortir est un impair ! De plus, à la fin de la partie, on le voit dépité que le chiffre gagnant soit... un chiffre pair !

- Phrase ambiguë : «Je ris jaune» (Lupin face à son rival chinois) = un premier ogouzianisme ou traducteur ayant dérapé ? (NDIndianagilles : juste un peu d'humour ! Moi, j'aime bien !)

Réalisation de l’épisode : La réalisation et le scénario se valent, ce sera loin d’être le cas sur les épisodes suivants.

Erreur technique : A deux reprises, la combinaison sportive que porte Lupin change de couleur.




Représentation du pays : Monaco = casinos (et ce ne sera pas la première fois)

Le détail intéressant : Lupin est considéré comme Japonais dans la liste des participants et non en tant que Français ou Franco-japonais.

Clin d’œil : Le couple princier de l’époque, Rainier III et Grace de Monaco (anciennement Grace Kelly), figure parmi les spectateurs. 

Intérêt de l’épisode : ****
Une excellente satire sur la folie du jeu dans les casinos. Difficile après avoir vu l’épisode d’apprécier désormais ces «lieux de perdition» !

Note Indianagilles : **
On repart dans la course automobile avec un épisode plus convainquant que le premier, mais rien de bien fou fou pour autant. On appréciera surtout de reconnaitre les pilotes de l'époque.

Episode 12 : Un cadeau pour le Président
(Bordelais)

Le président français a prévu d'offrir au président des Etats-Unis une bouteille historique pour célébrer l'amitié entre les deux pays. Cette bouteille aurait été offerte par Napoléon Ier à sa première femme et est conservée dans un cave du Bordelais. Lupin et sa bande projettent alors de déguster cette bouteille à la place du président.

Doublage :

- Avec les voix de : Philippe Ogouz, Francis Lax, Catherine Lafond, Jacques Ferrière

- L’allusion à la parole du Christ lorsque Zenigata mange du pain sec et boit du vin bon-marché est zappée.

- L’accent du Sud des policiers est très agréable à attendre et donne un petit parfum d’authenticité... au premier abord. N’étant jamais allée dans le Bordelais, je laisse les connaisseurs confirmer sa véracité.

- Les erreurs du commissaire sur le nom de Zenigata (Zenigame en VO) est retenu en VF. Lacogne voit ainsi son nom écorché en "Lafrogne". 

- Les passages légèrement grivois où Lupin ricane en apercevant la culotte de Fujiko ne sont ni censurés ni coupés ! De même en est-il pour le regard quelque peu intéressé (ce qui ne lui correspond guère !) de Goemon...

- Goemon est une nouvelle fois appelé Yokitiri…

- Durant leur embarquement, l’équipe de pilotage (en réalité Lupin et sa bande déguisés) et Zenigata en profitent pour se saluer en français (en VO bien sûr) avec un accent très prononcé ! Des répliques qui sont plus là pour l’ambiance exotique que pour rendre la scène réaliste. Certaines répliques sont effectivement un peu bizarres dans un contexte de salutations... Évidemment, ces rajouts sautent en VF et sont prononcés normalement (voire modifiés).

Erreur graphique : La fente du premier tonneau reste brune, laissant penser que le trou est bouché et que Lupin ne peut donc tirer du vin... Si vraiment il y a un trou, il doit être minuscule ! Note : il s’agit probablement d’une erreur de coloriage.



Peu après, on découvre le mécanisme du plan de Lupin et là, on constate que le trou... existe réellement !



Réalisation de l’épisode : Concentrés à fond sur les décors (qui sont magnifiques au passage, bravo pour leurs efforts), les réalisateurs ont délaissé le design des personnages : le visage de ces derniers varie en fonction des plans et les couleurs ne sont guère attrayantes.

Le détail amusant : Lupin est trop fort ! Seules sept secondes lui furent nécessaires pour ramasser la caisse des poupées, quitter la maison, trouver un hélicoptère, atteindre les États-Unis, se connecter à la télévision de la Maison Blanche pour parler à Zenigata et en même temps commencer la distribution des poupées !

Représentation du pays : Ah, la France et ses chers vins…

Clin d’œil : Le président des États-Unis, Jimmy Carter, fait une apparition à la fin.

Réflexion : en VF, Lupin et Jigen dénigrent le saké (qualifié d’alcool de bas-étage, merci pour l’absence de respect à l’égard de la culture japonaise) au profit du bordeaux qu’ils considèrent comme une boisson de luxe et le meilleur alcool. En VO, la phrase est un peu atténuée mais il est toujours question de convaincre Goemon de goûter au bordeaux, qualifié de «grand crû». Que Lupin, moitié Français, parle de cette façon, à la rigueur. Mais pour Jigen, sa réplique sonne complètement hors-sujet. Depuis quand un amateur de bourbon fait la promotion du vin français ? À mon avis, l’explication est simple : le réalisateur de l’épisode en question ne connaissait que vaguement la personnalité des protagonistes de Lupin III, ce qui a ensuite conduit les traducteurs à partir dans un mauvais délire

Intérêt de l’épisode : **
Le développement de l’univers Lupin III frise ici le zéro absolu. Pour les amateurs d’action, ne comptez pas sur ce 12e épisode pour passer un très bon moment. Mais même pour les amoureux du seinen (Eh oui, Lupin est avant tout un manga pour adulte), n’espérez pas un scénario du type Les Gouttes de Dieu ou Sommelier : le vin est ici un pur prétexte. Heureusement, certaines scènes hilarantes comme le combat dans les caves ou le vol de la bouteille rattrapent le reste. On passe malgré tout un bon moment.

Note Indianagilles : **
Enfin un peu d'originalité ! Et belle conclusion.


Episode 13 : Course poursuite à San Francisco
(San Francisco)

Lupin et Jigen se rendent de nuit à la Nasa pour s'emparer d'un microfilm contenant une formule secrète. Cette formule permettrait de fabriquer de véritables diamants à partir du charbon. Mais le microfilm a disparu... Pendant ce temps, Zenigata, fatigué de courir après Lupin à travers le monde, au bord de la dépression, erre désespéré à San Francisco. Il ignore que l'une de ses dents contient le fameux microfilm...

Scène culte : Zenigata veut en finir avec sa mission qui lui pourrit la vie et décide de rentrer au Japon. Mais confronté aux menottes qu’il a choisies pour les passer à Lupin le jour où il l’arrêtera enfin, il jure de ne pas renoncer.

Doublage :

- Avec les voix de : Philippe Ogouz, Francis Lax, Catherine Lafond, Jacques Ferrière

- Lupin et Jigen utilisent des identités et des codes très différents entre les deux versions, notamment les mots de passe qui sont beaucoup plus enfantins que dans la version originale. Lupin se surnomme Paul MacCarting en VO et Bill MacAnthony en VF, Jigen se surnomme Gringo Starr en VO puis Johnny Starr en VF. Problème de droits sur les noms de deux des membres de Beatles ou crainte que les enfants ne comprennent pas l'allusion ? Quant à leurs mots de passe :
Lupin : «Je ne connais pas les Beatles» (VO)/«Le fantôme vous salue» (VF)
Jigen : «Presley est le plus grand» (VO)/Gustave aime les betteraves (VF)
On voit donc ici qu’en VO, les mots de passe sont liés l’un à l’autre et touchent à un thème en particulier normalement anodin : la musique. La VF passe complètement à côté de cette idée...

- Zenigata est surnommé Gastounet par Edgar, très probablement pour remplacer l’habituel Tottsan (qui pourrait se traduire par "mon vieux", "l’ancien", "petit père", etc.) de la VO. À noter que c’est la première fois en VF. Auparavant, Tottsan était toujours remplacé par "l’inspecteur Gaston Lacogne" ou encore "Ce cher inspecteur Lacogne". 

- Durant la scène où l’on voit Zenigata ronfler, le plan sur la radio est toujours présent mais elle n’émet aucun son contrairement à la VO. Même la musique présente durant cette scène a été supprimée.

- L’aliment supposé avoir été ingurgité par Zenigata est modifié pour des raisons d’adaptation culturelle. L’hypothèse qu’il aurait dîné à Chinatown en mangeant des raviolis chinois est remplacée par celle d’un repas à base de gousses d’ail. 

- Les allusions aux films d’Hitchcock ne sont pas masquées et la traduction joue d’ailleurs dessus («Non ! Mais c’est du Hitchcock ou quoi ?!», «Lâchez-moi, j’ai le vertigo !». De plus, l’adaptation propose tout au long de l’épisode pas mal de répliques au contenu plutôt adulte pour un dessin-animé censé être destiné aux enfants. 

Réalisation de l’épisode : toujours aussi déplorable. Outre les protagonistes qui ont à nouveau leur teint jaunâtre, l’animation est très moyenne, surtout dans la seconde partie : peut-être est-ce la raison pourquoi elle m'a semblé moins bonne que le début de l’épisode ?

Réflexion : C’est la première fois que la détresse névrotique de Zenigata est exprimée de manière aussi réaliste. J’irai même jusqu’à dire qu’il est le véritable protagoniste de cet épisode. 

Clin d’œil : La scène où Zenigata est poursuivi par Lupin et Jigen aux commandes d’un avion rappelle la même scène dans La Mort aux Trousses d’Alfred Hitchcock.

Chronologie : Cet épisode est visiblement le dernier à avoir été vendu en VHS. Il aura fallu attendre l’édition DVD sortie en 2003 pour pouvoir voir la suite.

Intérêt de l’épisode : **
Développement de la psychologie obsessionnelle de Zenigata, même si on ne peut pas dire qu’il brille ici par son efficacité. C’est même plutôt le contraire ! Si on rigole beaucoup durant le passage à San Francisco avec un Zenigata dépressif fuyant ses obsessions, la suite finit par devenir redondante. 

Note Indianagilles : ***
Un épisode très accès sur notre bon Inspecteur. Délirant à souhait.


(Jamaïque/Haïti)

Un milliardaire nommé Howard Heath (Hans Hart en VF) a prévu d'épouser sa 38e femme : Fujiko Mine ! Eberlué et jaloux, Lupin se rend immédiatement en Jamaïque pour persuader Fujiko de ne pas épouser ce vieillard. Mais la belle tient à récupérer les bijoux (notamment un somptueux rubis écarlate d'origine haïtienne) de Heath.

Censures ou coupures : Il manque le tout début (y compris dans le DVD soi-disant intégral d’IDP sorti en 2006) lorsque la carte de l’Atlas montre où se trouve l’île de la Jamaïque géographiquement parlant, ceci afin d'enlever les caractères de l’écriture japonaise et éviter ainsi de les traduire. (5 secondes)




Doublage

- Avec les voix de Philippe Ogouz (Edgar + Hans Hart), Francis Lax, Catherine Lafond, Jacques Ferrière

- Hésitation entre la VF, la VOST d’IDP et la VOST américaine sur le nom du nouveau soupirant de Fujiko : s’appelle-t-il Howard (Hans en VF) Hart ou Howard Heath ? 

- La comparaison entre l’essence de lotus contenue dans le rubis et le LSD n’est pas mentionnée. 

- La traduction du message qu’écrit Lupin avant de partir est complètement différente : là où en VO il rédige une fausse lettre de donation du rubis, en VF il explique à Fujiko le but de son départ. La VO explique donc beaucoup mieux pourquoi il fait en sorte de laisser une empreinte des lèvres de Fujiko sur le papier. 

- Arsène Lupin est renommé Edgar 1er. Tentative intéressante et restant dans la logique de l’œuvre qui ne perdura pas : dans les éditions DVD d’IDP, il est renommé Gaspard de la Cambriole. 

Réalisation de l’épisode : après deux épisodes médiocrement réalisés, celui-ci relève le niveau avec une mise en couleur et des dessins splendides !

Remarque : C’est le seul des 52 premiers épisodes où Arsène Lupin apparaît en personne. 

Représentation du pays : Jamaïque et Haïti = mystères, envoûtements et vaudou. Mais sinon rien de vraiment caricatural.

Intérêt de l’épisode : ***
Une chasse au trésor plutôt réussie (bien que très inspirée du manga), une très bonne réalisation, une ambiance particulière et un léger retour sur l’amour entre Lupin et Fujiko rendent cet épisode passionnant à suivre.

Note Indianagilles : ***
Un très bon épisode à l'ambiance sombre et différente.

Episode 15 : Mystère en dirigeable
(Allemagne/Groenland)

Le comte Gabriel XIII défie Lupin : il emporte avec lui lors d'un voyage dans son dirigeable Hendenburg (Lindenberg en VF) un somptueux bijou : la Larme de Dracula. À bord du dirigeable, Gabriel a invité les quatre meilleurs détectives du monde. Lupin sera-t-il assez malin pour s'emparer du bijou ?

Censure audio : Du jus de pomme à la place du whisky ? Jigen est devenu membre de la ligue anti-alcool ? C’est pour se rapprocher du capitaine Haddock auquel il a piqué quelques jurons par la suite (en VF bien sûr, Tintin était à l’époque inconnu du Japon) ? Et s’ils devaient revoir l’épisode 12, le vin deviendrait quoi ? Du sirop ? Du jus de raisin ? La logique des censeurs reste un mystère…

Doublage :

- Avec les voix de : Philippe Ogouz (Edgar + Herlock Sholmès), Francis Lax (Jigen + Philip Larcher), Jacques Ferrière (Goemon, Lacogne, Kansai Kindani), Claude Dasset (Gabriel XIII), ??? (Le majordome/Magali)

- Le dirigeable s’appelle Lindenberg en français, Hendenburg en japonais. La VF fait ici une allusion au célèbre pilote ayant été le premier à traverser l’Atlantique en avion (rien à voir avec un dirigeable donc), alors que la VO fait allusion à l’aéronef LZ 129 Hindenburg, fierté nationale de l’époque qui fut ravagé par un incendie des suites d’une explosion (dont l’origine n’a jamais été clairement établie) lors de sa dernière traversée le 6 mai 1937.

- Le premier détective s’appelle bien Sherlock Holmes III en VO alors que c’est Herlock Sholmès en VF (comme chez Maurice Leblanc). Philip Archer devient Philip Larcher. Quant à Kôsuke Kindani, il devient Kansai Kindani dans le doublage français. 

- De nombreuses répliques ont été entièrement réécrites pour la version française, que ce soit dans un but d’édulcoration (aucune mention des théories freudiennes citées par Sherlock Holmes III) ou pour des raisons énigmatiques et plutôt fâcheuses (les répliques du détective japonais qui apparaît encore plus stupide en VF). La traduction, pourtant très correcte au départ, se montre beaucoup moins fidèle durant la seconde partie...

- Il serait enfin temps qu’on apprenne le nom choisi par les adaptateurs pour Jigen (ou pas)…

- La comédienne de Fujiko étant absente, la voix du personnage est restée… au masculin, même après qu’elle ait ôté son déguisement de majordome bossu.

Clin d’œil : en VO, le détective japonais Kôsuke Kindani rend hommage au personnage de romans policiers Kôsuke Kindaichi (souvent appelé Kindani par erreur), imaginé en 1946 par l'écrivain Seishi Yokomizo, et auquel le manga ''Les Enquêtes de Kindaichi'' fait allusion (le héros Hajime y est présenté comme le petit-fils du détective). On retrouve dans l'épisode un détective réputé pour son intelligence, mais maladroit, un peu benêt et mal fagoté.

Erreur historique/culturelle : Vous croyez vraiment qu’en 1977, un journaliste allemand – même néo-nazi (ce que je doute qu’il soit) – oserait proclamer devant une foule aussi nombreuse «Heil Hitler» ? La VF a le mérite de supprimer une phrase franchement inappropriée au contexte. (NDIndianagilles : la phrase est également présente en Italien).

Réflexion : Que font tous ces soldats en uniforme de la Wehrmacht durant l’atterrissage du dirigeable ? Un rassemblement de néo-nazis ? Une idée du comte voulant reconstituer fidèlement le vol du véritable Hindenburg, y compris dans les costumes de l’époque ? Une énième erreur douteuse du réalisateur de l’épisode ?



Musique : Deux jolies musiques originales (uniquement présentes dans cet épisode) lors du repas puis lorsque l’un des détectives joue du violon.

Intérêt de l’épisode : *
Cette pseudo version moderne de la catastrophe du 6 mai 1937 (cela expliquerait-il toutes les allusions au IIIe Reich ?) s’avère complètement ratée. Outre un scénario – pourtant intéressant au départ – traîné en longueur, la mise en scène déborde d’ennui et d’un manque flagrant d’originalité. La scène où Lupin apparaît enfin intervient si tardivement qu’au final, elle se révèle totalement prévisible. Le sort du dirigeable à la fin, qui parodie grossièrement la séquence filmée de l’atterrissage forcé du Hindenburg en flammes, ne rend vraiment pas honneur aux victimes de cet accident tragique (qui coûta tout de même la vie à 35 passagers). Même l’humour et le "suspense" (inexistant au final) ne parviennent pas à tirer l’intérêt de cet épisode du zéro absolu. Quant à Zenigata, il se fait avoir comme un débutant et se montre plus d’une fois ridicule, ce qui devient bien vite lourd. Traitement d’autant plus pitoyable que le Zenigata du chapitre 105 "Four of a kind", qui inspira cet épisode, n’avait jamais autant brillé sous le crayon de Monkey Punch. Entre le Zenigata très classe du chapitre et le Zenigata empoté de l’épisode TV, mon choix est bien vite fait.

Note Indianagilles : ***
A part les allusions idiotes aux Nazis, j'ai adoré l'épisode et son ambiance ! L'un des meilleurs, tout simplement !


Episode 16 : Deux Lupin
(Paris)

Un mystérieux inconnu se met à cambrioler différentes demeures avant d'assassiner violemment les propriétaires. Il se présente comme étant Lupin III ! Le cambrioleur aurait-il perdu la tête ? Ou serait-il victime d'une machination ?

Scène intéressante : Fujiko refuse d’abandonner Lupin à son triste sort et décide de l’accompagner dans la mort si jamais il est réellement le coupable.

Doublage :

- Avec les voix de : Philippe Ogouz (Edgar + faux Edgar), Francis Lax (Jigen + Marukin), Nadine Delanoë (Magali), Jacques Ferrière, George Atlas (M. Hugo), Edgar Givry (Claude Juniro), Gérard Hernandez (le psychiatre)

- Les modifications de noms de l’épisode : M. Richard (VO) = M Hugo (VF) et M. Friquet (VO) = M. Juniro (VF). Un peu étrange (pour éviter d'éventuels jeux de mots douteux ?), mais rien d’alarmant.

- Dans cet épisode, Fujiko est doublée par Nadine Delanoë (voix française de Maya L'abeille et Lady Oscar).

- La traduction reste globalement proche de la VO, je n’ai remarqué aucune simplification des dialogues ni réelle censure. De même, la référence au Dr Jekyll et Mr Hyde a été conservée. Chapeau au traducteur !

- L’écorchage de nom du jour pour Goemon/Yokitori : Yakitiri. On va finir par se demander quel nom il a réellement...

- Excellente prestation de la plupart des comédiens, notamment Ogouz très crédible dans le double rôle Edgar/Faux Edgar.

- Il est effectivement plus logique que le médecin ''traitant'' le cas de Lupin soit psychiatre dans la VF (spécialiste des maladies mentales) et non psychologue (spécialiste du comportement humain dans sa globalité), même si un médecin tout court serait plus approprié...

- Zenigata/Lacogne visionne le meurtre du faux Lupin commis sur l'une de ses conquêtes. À cet instant, il a la voix de Gérard Hernandez ! (Merci à Mauser pour la remarque)

Réflexion : Graphiquement parlant, c’est l’un des épisodes qui reprend le plus fidèlement le trait particulier de Monkey Punch sur les personnages secondaires. On le remarque à certaines caractéristiques physiques volontairement exagérées ainsi qu’à leurs tenues vestimentaires.



Quant à l’épisode en question, le scénario n’omet aucun événement présent dans la version papier, y compris la chute finale ou certaines scènes assez violentes (Le faux Lupin poignardant sa compagne nocturne après une nuit torride). Même l’humour parodique est légèrement esquissé sur certaines scènes.






Clin d’œil : Cet épisode évoque bien sûr le syndrome du Dr Jeckyll et de Mr Hyde, décrit par Robert Louis Stevenson dans son célèbre roman.

Intérêt de l’épisode : ****
Cet excellent épisode (provenant lui-même d’un excellent chapitre) amène diverses réflexions sur la véritable personnalité de Lupin, sur son amour pour Fujiko et sur son amitié envers Jigen et Goemon.

Note Indianagilles : ***
Ici, Lupin est vraiment dans la panade ! Et Fujiko s'avère finalement le seul personnage a vraiment s'en inquiéter. Un épisode particulièrement violent, les morts tombent comme des mouches.


Episode 17 :  A moi l'or noir
(Arabie Saoudite)

Un groupe de terroristes avec à leur tête le petit-fils de Lawrence d'Arabie détruit les installations pétrolières et menacent de poursuivre leurs attaques s'ils ne reçoivent pas une certaine somme d'argent. Lupin décide de prendre l'argent à leur place...

Scène intéressante : C’est la première fois que Jigen et Goemon expriment clairement leur méfiance vis-à-vis des femmes (attention, ce n’est pas toujours le cas dans le manga), surtout celles comme Fujiko prêtes à trahir les autres pour leur propre intérêt.

Doublage :

- Avec les voix de : Philippe Ogouz, Francis Lax, Catherine Lafond, Jacques Ferrière, Serge Lhorca (Ali), Jean-Claude Montalban (le faux Lawrence), Raoul Delfosse (un émir).

- La simple leçon de géographie sur les pays de l’émirat s’est transformée en leçon de philosophie en VF où Lupin/Edgar fait part de son désarroi face à la modernité qui envahit l’Arabie Saoudite. Au fond, pourquoi pas ?

- Les terroristes réclament 1 million de dollars dans la VF contre 100 millions en VO.

- Lupin nomme Jigen par le prénom Auguste. Expression linguistique («Tout juste Auguste», même si la phrase de Lupin est quelque peu différente) ou première tentative de lui donner un nom ? Je rappelle en effet que pour le moment, il est uniquement appelé «l’autre» ou «le barbu».

- Pas de censure pour la scène où Lupin profite allègrement du meilleur coussin au monde : la poitrine de Fujiko... Une scène qui comblera les fans masculins de la jolie brune (Pour nous les filles, nous avons droit à Jigen sans chapeau en seconde partie d’épisode) !



- Des dialogues plus qu’ambigus jalonnent le doublage de cet épisode ! Entre les aphrodisiaques (mot cité !) de Fujiko, la phrase «Je vais bien profiter de cette fille cette nuit» ou encore l’expression «Petite coquine» employé par Lawrence, on ne se doute guère des réels intentions des personnages !

Le détail amusant : Zenigata, policier acharné à mettre sous les verrous une bande de voleurs, en devient également un le temps d’une séquence ! En effet, passant devant un étalage de citrons, il n’hésite pas à se servir allégrement sans même payer !

Réalisation technique : globalement correcte, surtout dans la seconde partie de l’épisode très bien dessinée (Jigen !). J’apprécie le ton aquarelle employé durant le flashback sur Lawrence d’Arabie.

Intérêt de l’épisode : **
Je mets deux étoiles pour cet épisode après ce dernier visionnage, car j’ai finalement pris un certain plaisir à le regarder, surtout en deuxième partie. Néanmoins, il ne vaut pas le chapitre du manga plus réaliste et sombre dans son traitement. De plus, cet épisode Tv, malgré son scénario plutôt très réaliste et actuel (pour l’époque), ne fait que vaguement esquisser la situation géopolitique et économique et n’apporte finalement aucun développement en particulier. Certains éléments auraient mérité d’être mieux amené. On retrouve également le défaut habituel des épisodes moyens, à savoir la sous-exploitation de la plupart des protagonistes (Jigen, Goemon, Zenigata), si on excepte ici Fujiko qui obtient un petit rôle le temps de la seconde partie. Un détail qui sauve l’épisode : Jigen – sans chapeau bien entendu – a une immense classe dans son déguisement oriental et le dessin le met particulièrement en valeur durant les plans rapprochés.

Note Indianagilles : **
Bonne ambiance, mais il lui manque un je ne sais quoi. Le final semble précipité et plutôt malsain, le méchant finissant visiblement pulvérisé dans son sommeil.


Episode 18 : Panthère Noire
(Turquie)

C'est l'anniversaire de Fujiko. Comme cadeau, Lupin prévoit de lui offrir la Panthère Noire, une émeraude exposée dans un musée en Turquie. On raconte que le bijou aurait été nommé ainsi car il refléterait l'image d'une panthère lorsqu'on l'expose à la lumière. Sitôt le vol commis, la police turque contacte un détective français maladroit qui devient immédiatement le rival de Zenigata.

Censure :

- Jigen tend les jumelles à Lupin pour qu’il découvre la signification du «club des amis de la Nature», à savoir une plage de nudistes. Lupin est tellement enthousiaste de s’y rendre pour aller voir les filles en topless qu’une dispute s’engage entre les trois au sujet du soi-disant puritanisme de Jigen et de Goemon. L’épisode reprend au moment où l’inspecteur français et son assistant retrouvent la statue. (75 secondes de coupure) (NDIndianagilles : j'ai légèrement adapté les sous-titres pour qu'ils collent avec la VF)

- Le mot nudisme est remplacé par bronzage intégral (censure audio). Ça peut encore jouer…

- Absence d’un extrait de la scène d’anniversaire pour une raison inconnue. Lorsque Fujiko ouvre la porte, on voit directement sur le plan d’après le gâteau d’anniversaire alors qu’en VO, la scène est rallongée : Fujiko, prise par surprise, voit Lupin et ses acolytes entonner «Joyeux anniversaire» avant d'apercevoir la table apprêtée. La scène reprend sur le gâteau d'anniversaire en VF. Scène également manquante dans le DVD non-censuré d’IDP et même coupée en VO !!! En effet, l’on entend Lupin débuter une phrase qui est brusquement interrompue. (10 secondes)



Scène culte : Lupin prouve publiquement son obsession des jolies femmes aux atouts bien mis en valeur ! La scène où ils découvrent la plage des nudistes est hilarante. C’est aussi la première fois que Lupin se montre aussi sarcastique à l’égard de ses amis (voir la scène où il demande à Jigen si c’est parce qu’il a peur de se montrer nu en public qu’il refuse de l’accompagner sur la plage des nudistes).

Scène intéressante : idée bien trouvée que d’inventer un rival à Zenigata, ne serait-ce que pour un épisode. Cela permet à Lupin d’avoir deux adversaires particulièrement coriaces sur cet épisode.

Doublage :

- Avec les voix de : Philippe Ogouz, Francis Lax, Catherine Lafond, Jacques Ferrière, Pierre Fromont (le chef de la police turque), Henri Poirier (Inspecteur Blouzot).

- Différence de répliques entre le français et le japonais : lors de la fouille aux Rayons X, Lupin demande s’il a subi un refroidissement en VO alors qu’en VF, il demande si on peut le rassurer sur la position de ses vertèbres.

- Changement de nom en VF pour l’inspecteur Konaizo (Nevienpas selon les sous-titres d’IDP) : pour faire clin d’œil à La Panthère Rose, il a été rebaptisé Blouzot (le commissaire dans La Panthère Rose se nommant Clouzot). Un changement pas désagréable et au fond logique pour une fois : rappelons qu’il est censé être Français dans l’épisode.

- Phrase stupide : Le secrétaire asiatique de l’inspecteur français devient soudain Japonais en VF alors qu’il porte un costume traditionnel chinois ! Les traducteurs auraient-ils abusé du saké durant leur travail ?

- Le nom de ce fameux secrétaire asiatique (Hagit en VO, qui au passage est un prénom hébreu et non chinois !) passe d’Ayeto à Ayuto en fonction des dialogues... Bref, c’est aussi déplorable que pour Goemon.

- Tous les surnoms douteux à la limite du racisme dont l’inspecteur assène son assistant en VF pour bien appuyer ses origines asiatiques ont été entièrement inventées par les traducteurs français qui ont cette fois-ci réalisé un véritable travail de sagouin. Ce rajout n’est absolument pas drôle, c’est même très chiant à entendre.

- Lupin utilise très souvent en VF le surnom «Mon petit vieux» à l’égard de Jigen lorsqu’il veut le provoquer. Comment les traducteurs en sont arrivés à ce surnom ? Je vais vous donner la recette, elle est très simple : dans un emballage appelé "script original", prenez uniquement ce que vous jugez bon comme base de traduction et mettez-le dans un moule communément appelé "version française Edgar, détective cambrioleur". Rajoutez-y un peu de franchouillardise et de délire pré-ogouzien. Verser-y l’ingrédient "Jigen doit être beaucoup plus âgé que Lupin vu son costume" et prenez dans un pot l’expression "Mon vieux" pour remplacer le nom de famille du personnage. Saupoudrez d’une traduction plutôt juste du suffixe original accolé au nom de famille. Mélangez le tout et vous aurez l’explication pourquoi «Jigen-chan» (en VO) est devenu «Mon petit vieux» en VF.

- La mer Égée qui situe géographiquement l’histoire n’est pas mentionnée en VF. De même, la pancarte installée sur l’île qu’aperçoit Jigen indique en VO "Camp de la mer d’Égée" alors qu’elle indique "Club des amis de la Nature" en VF.

- Jigen change totalement de comportement entre la VO et la VF lorsqu’il découvre la vérité sur le ''Camp de la mer d’Égée'' ! Dans le premier doublage, il fait preuve de crainte et de dégoût vis-à-vis de cette plage de nudistes alors qu’en VF, il est prêt à s’y rendre ! Dialogue modifié en raison de la censure de la scène suivante ?

- Phrase stupide : Quoi, Jigen qui traite le secrétaire de «chien jaune» ? C’est quoi ce délire des traducteurs ?

- Le vocabulaire de Lupin à l’égard de la police n’est pas tendre dans la VF : «Abruti de flic à la noix» ou encore «Maudit poulet» sont les expressions qu’il emploie pour désigner Lacogne ! Une époque désormais révolue pour les doublages de dessins-animés pour enfants...

- On a toujours droit à Yokitiri à la place de Yokitori… On commence à avoir l’habitude.

Musique : Musique sympathique lorsque l’inspecteur français fait croire que la panthère enfermée dans l’émeraude est décédée.

Le détail étrange : Lupin qui porte puis casse une statue de plusieurs tonnes aussi facilement ? Quelle force !

Erreur médicale : Les policiers espèrent trouver l’émeraude en passant aux Rayons X l’estomac des suspects... Une opération rendue possible avec une endoscopie (pour voir l’intérieur du corps), mais non avec des Rayons X qui ne font que refléter le squelette des suspects. Or, l’émeraude ne peut se trouver dans le squelette mais bien dans l’estomac !



Faux raccord : durant la scène où Jigen et Lupin se déguisent en techniciens de surface pour récupérer le diamant, Lupin ouvre le poing de la statue où il avait caché son butin. Au plan suivant, lorsqu’apparaît le commissaire Konaizo, pourquoi le poing de la statue est-il à nouveau fermé alors qu’à aucun moment on a vu ni Jigen ni Lupin le refermer (et surtout, en avaient-ils le temps ?) ?



Réalisation de l’épisode : Petite critique à l’égard de nos amis les réalisateurs japonais : les dessins et l’animation sont particulièrement mauvais sur cet épisode.

Clin d’œil :

- L’épisode est évidemment un hommage à la série TV La Panthère Rose, que ce soit pour le vol, le nom du diamant ainsi que le côté maladroit et peu futé du détective.




On peut également supposer que la panthère prisonnière du diamant est un clin d’œil au dessin-animé La Panthère Rose qui parodiait la version live en personnifiant le diamant comme une véritable panthère rose.



- La statue du Non Penseur est une parodie de la statue du Penseur. À noter qu’en VO, le nom de l’artiste fictif est une inversion de celui de Rodin (Dinro). En VF, le nom reprend la même idée (Rondin) mais en ajoutant une lettre et non par inversion.



Réflexion concernant l’édition DVD : pour ceux qui n’avaient pas suivi la première édition DVD chez IDP sortie en 2003, les scènes coupées à l’époque avaient été réintégrées à l’épisode et sous-titrées (puisque non doublées). Bien entendu, ces scènes figurent également dans la nouvelle édition. Sauf qu’auparavant, ces sous-titres avaient été recorrigés et réinscris pour que la police de caractère soit raccord avec celle employée pour les autres dialogues. Mais à partir de l’épisode 18, ce ne sera plus le cas et les sous-titres de l’édition 2003 sont exactement les mêmes. IDP était-il déjà miné par les problèmes financiers, forçant le traducteur à accélérer le sous-titrage pour sortir rapidement le coffret ?

Intérêt de l’épisode : **
La seconde partie, hilarante et plus dynamique, sauve un épisode qui avait plutôt mal débuté, la première partie se montrant très ennuyeuse à suivre.
Note Indianagilles : **
Vaut surtout pour son aspect parodique. Mais il faut reconnaître que c'est un peu du n'importe quoi !


(Japon)

Lupin commet cambriolage sur cambriolage, toujours sur des coffres-fort fabriqués par leur spécialiste Marukin. Déprimé devant ces échecs, ce dernier défie Lupin de venir ouvrir un coffre-fort réputé inviolable et dont le mécanisme est des plus particuliers.

Censure :

- Lupin déguisé en femme se retrouve ivre après la soirée et refuse de partir. Vu la position indécente à ce moment, toutes les scènes où on aperçoit ses jambes dénudées ou son corps entier ont été coupées. (19 secondes)

- La dernière réplique grivoise de Lupin est édulcorée sous forme d’excuse envers Fujiko. (Censure audio)

Curiosité : Le jeu auquel Lupin et Fujiko jouent est ''Pong'', premier jeu électronique à connaître le succès.

Doublage :

- Avec les voix de : Philippe Ogouz, Francis Lax (Jigen + Marukin), Catherine Lafond, Jacques Ferrière, François Leccia (Le fils de Marukin + le directeur de la banque).

- La banque Mitsubishi (Mitsuboshi en VO) voit son nom massacré à plusieurs reprises (Exemples : Mitsubitchi, Mitesubishi). Les comédiens peinent vraiment à le prononcer correctement. Dans ce cas, pourquoi avoir laissé un nom sonnant japonais si c’est pour qu’après on ait droit à une séries de noms erronés ? Il aurait été plus simple de lui donner un nom sonnant français, l’adaptation a parfois de bons côtés…

- Une réplique de Lupin dans la VF contient un grand illogisme : à voix haute (on peut certes supposer qu'il le murmure, mais vu qu'il se tourne vers Zenigata, ce dernier a bien dû l'entendre !), devant Zenigata et avec sa voix habituelle, il annonce ''Et voilà je les ai berné tous autant qu'ils sont et maintenant je vais reprendre ma voix'' (!!!). Devant une telle remarque, Zenigata aurait eu aucun mal à reconnaître le stratagème de Lupin ! Or, il ne réagit pas du tout ! Illogisme inexistant en VO : Lupin s'adresse précisément à Zenigata en ces termes : ''Mais rien ne nous dit que la police aurait pu arrêter Edgar''. Ce qui fait d'ailleurs raccord avec la réplique suivante de Zenigata : ''Je vous assure que je l'arrêterai''. (Merci à Mauser pour la remarque)

- Le prénom du fils de Marukin (Jôtarô) ne nous est pas appris en VF.

- Philippe Ogouz (Edgar) fait preuve d’un excellent talent de comédien durant cet épisode, en particulier lors de la torture au sauna bouillant. Sa prestation vaut largement celle de Yasuo Yamada.

- On a droit à «Epée magique» à la place de Zantetsu-ken. C’est drôle comme, entre les différentes séries japonaises, les traducteurs se passent les idées. On remplace tous les mots japonais intraduisibles par le mot «magique» comme si la magie est omniprésente dans les séries du Japon ! La même tactique se retrouve dans Dragon Ball avec ses célèbres «Nuage magique» (Kinto-un) et «Rayon Magique» (Kamehameha).

Réflexion : Lupin et sa bande vivent drôlement bien malgré les multiples échecs pour dérober de l’argent. Notre cambrioleur adoré possède même un sauna personnel !

Réalisation de l’épisode : Assez bonne dans l’ensemble, surtout dans la 2e partie. Les expressions de Lupin sont particulièrement hilarantes.

Informations sur l’épisode : il existe un chapitre dessiné par Monkey Punch reprenant l’histoire de cet épisode, mais j’ignore tout de sa création, en particulier s’il ne fait qu’adapter l’épisode (comme ce fut le cas pour l’épisode 26) ou si au contraire, il s’agit bien d’un chapitre dessiné avant le projet de l’adapter en anime. C’est un peu le chapitre-mystère de la série, car je n’ai appris son existence qu’au travers du Rapport Lupin (data-book indispensable pour tout fan comprenant le japonais) et dans l’édition espagnole de la série d’origine (celle de 1967). En effet, il n’apparaît pas dans l’édition originale japonaise (ni dans aucune réédition) et encore moins dans l’édition américaine qui suit de près les éditions japonaises.

Intérêt de l’épisode : **
L’obsession de Lupin pour l’argent est ici critiquée et la scène de torture est très réussie. De plus, voir nos protagonistes chez eux en train de tuer le temps amène un petit détail savoureux que je ne saurai exactement décrire. Mais il est clair que l’épisode vaut surtout pour cette scène de rencontre le fils du fabriquant et la bande à Lupin.

Note Indianagilles : **
Je suis partagé. L'épisode se lance très bien, mais la seconde partie n'est pas à la hauteur et la conclusion bien trop facile.


Episode 20 : Lupin est coincé
(Allemagne)

Après avoir tenté de voler le rubis du leader d'un groupuscule politique se réclamant du national-socialisme, Lupin et Fujiko sont pris au piège dans un château en ruine. Parviendront-ils à s'en sortir vivants ?

Censure : Le pseudo Führer s’amuse avec son globe terrestre qui rebondit et le renverse au sol (36 secondes).

Scène culte : Lupin et Fujiko s’avouent leur amour mutuellement.

Musique : Musique originale lors de la scène du globe terrestre.

Doublage :

- Avec les voix de Philippe Ogouz, Francis Lax, Catherine Lafond, Jacques Ferrière, Albert Augier (Le Führer).

- Lupin accuse les dieux dans la VF d’être à l’origine de son malheur. En VO, il rend le vent (divin ?) responsable de ses ennuis. La logique reste conservée, mais ces changements d’origine m’ont fait sourire ! Je tenais donc à le souligner.

- Lupin désigne en VF son arme comme un revolver. Or, comme chaque fan de Lupin III le sait, notre cambrioleur préféré utilise toujours un Walther P38, c’est-à-dire un pistolet automatique !

- Lupin emploie le surnom de «Tonton Lacogne» à l’égard de l’inspecteur pour remplacer le Tottsan de la VO. À noter que ce surnom est une invention de l’anime : il n’est en effet jamais apparu chez Monkey Punch (tout comme le terme Zantetsuken ou encore le Magnum de Jigen).

- Fujiko prétend avoir entendu les voix de «Jigen et Goemon». Depuis quand Goemon a-t-il son nom d’origine ? Notez qu’on ne connaît toujours pas le nom français de Jigen…

Erreur de coloriage : La moustache du pseudo Führer passe du noir au brun clair sur plusieurs plans durant son discours.

Réalisation de l’épisode : Correcte dans l’ensemble, mais pour un épisode aussi particulier, je m’attendais à une mise en scène plus audacieuse.

Représentation du pays : Et nous revoilà en Allemagne avec un nouveau scénario (encore ?!) sur le nazisme.

Clin d’œil : La scène du globe terrestre ne peut que faire penser à la célèbre séquence du Dictateur de Charlie Chaplin.



Intérêt de l’épisode : ????????
Je ne sais vraiment pas quoi penser de cet épisode... À la fois on ne peut que se réjouir d’un scénario très différent des épisodes précédents avec un Lupin en mauvaise posture qui frôle carrément la mort et fait une brillante déclaration d’amour à Fujiko. Et en même temps, ce n’est pas l’épisode qui me passionne le plus. Vraiment, je ne peux pas trancher. Je laisse chacun décider de ce qu’il en pense.
Revenir en haut
Note Indianagilles : ***
L'obsession des Japonais pour les nazis est un peu malsaine, mais force est de constater encore une fois que ça donne un excellent épisode avec un Lupin et une Fujiko soudés, à la vie à la mort. On tremble vraiment pour eux. La conclusion s'avère malheureusement un peu simpliste.

MDP : indianagilles
A SUIVRE...

43 commentaires:

  1. Vous faites un travail épatant, aussi bien en terme technique qu'en terme de présentation et de contextualisation, et même si je ne suis qu'un passant sur ce blog ça me semblait important de vous féliciter et de vous remercier, tant de sérieux et de travail consciencieux font plaisir à voir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un grand merci pour ce message fort chaleureux ! Repasse autant que tu veux, la porte est toujours ouverte, ici :)

      Supprimer
  2. Encore un grand merci à toi pour ce travail d'acharné!!! Grand fan de Lupin, je suis ravi de cette version intégrale et supérieur aux copies utilisées chez IDP pour les coffrets VF/VO! (Ecran titre en plus, Teaser du prochain épisode, image nettement meilleur... )! En plus de cela, tu te donnes la peine de faire une analyse de chaques épisodes! Bravo!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Pour les analyses, c'est Veggie 11, j'aurais été bien incapable de faire un tel travail.

      Supprimer
    2. Alors bravo à Veggie 11! Et encore merci à toi pour m'avoir fait découvrir nombreuses perles du "Bis Italien"!

      Supprimer
    3. ...c'est toujours un plaisir de venir sur ce magnifique "blog"!!!

      Supprimer
  3. Encore un grand merci pour tout ces exclus sur Lupin vous faites un boulot génial :)

    RépondreSupprimer
  4. J'avais oublié de changer un Fujiko en Magali dans les sous-titres forcés dans le premier épisode. J'ai mis la nouvelle version, donc si vous voulez le reprendre, cette fois vous aurez la bonne version.

    RépondreSupprimer
  5. il n'y a pas de quoi, c moi qui te remercie je vais enfin pouvoir regarder la suite merci a toi!!!

    RépondreSupprimer
  6. Mais juste par curiosité a quoi serv le fait qu'il y est un mot de passe?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça évite les "pillages" d'autres sites qui te mettent des liens directs pour commencer, puis ça évite de voir les fichiers trop rapidement effacés.

      Supprimer
  7. ok aufait dans l'épisode 4 il y a un bug de 6m30s a 7m30s quand on est entre les 2 sa ferme la video.

    RépondreSupprimer
  8. Réponses
    1. En effet, gros bug bizarre. J'ai uploadé une nouvelle version. Merci de me l'avoir signalé.

      Supprimer
  9. waouh merci à toi et a veggie11. je suis fou de lupin, je vais donc enfin voir et revoir tout les épisodes en super qualité.
    Mais vous allez mettre les 155 ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça prendra du temps, mais si tout va bien, oui. Tu peux d'ailleurs déjà trouver les premiers épisodes inédits en VOST sur le site de Jmister à cette adresse : http://jmister-fansub.blogspot.fr/

      Supprimer
    2. Vous êtes des grands malades !!! Merci je vous adore. je vais voir çà . ! merci !

      Supprimer
  10. rassure moi tu nous met des copie des DVD tu fait pas les doublage toi même ( si c le cas bravo ta bien reproduit les voix)

    RépondreSupprimer
  11. ...
    au fait juste pour savoir tu a une approximation de la mise en ligne des episode 11 a 20 ?

    RépondreSupprimer
  12. merci pour le précieux travail sur et autour de cette cette série

    RépondreSupprimer
  13. La suite c'est pour quand, j'ai vraiment trop hate, et en plus je m'autorise pas vraiment a regarder les suivant tant que je n'ai pas vu les 50 premier...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais essayer d'en mettre quelques-uns prochainement, mais je n'ai pas vraiment de date à donner.
      Sinon, rassure-toi, tu peux les regarder dans le désordre, à part trois épisodes qui ont un lien, les autres se suivent plus qu’indépendamment.

      Supprimer
  14. d'accord, a tout asard lesquel sont a voir aprés les autre?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, c'est juste que c'est sympa de voir le premier épisode de la saison 1 puis celui de la saison 2 pour ensuite voir le 63. Autant dire que tu peux déjà tout voir sans problème.

      Supprimer
  15. Merci pour le taf effectué ! Ça fait du bien d'avoir accès à cette série avec cette qualité (même si j'avoue que j'accroche pas vraiment au doublage italien pour ma part :)
    J'aimerai savoir si vous aviez prévu de continuer à tout hasard (pas de demande de date précise hein, je sais qu'un tel boulot peut devenir chronophage lol) ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, oui, le reste suivra, mais c'est vrai que j'ai un peu mis ça de côté pour le moment. Je vais bientôt mettre 5 nouveaux épisodes. Je pensais plutôt les faire par 10, comme je l'ai dit dans la présentation, mais vu comme je suis long pour tout vérifier, vaut mieux que je commence par 5.
      La piste italienne (désolée qu'elle ne te plaise pas, c'est déjà bien d'avoir essayé ;)), me prend pas mal de temps car, comme je l'ai dit, les DVD sont hyper mal synchronisés, ils ont fait n'importe quoi, du coup, j'ai plein de réglages à faire et c'est pas toujours évident.
      Il faudra donc être patients pour voir le bout, mais ça arrivera.

      Supprimer
    2. Merci de ta réponse.
      En même temps, moi, tant que j'ai accès à de la VO... tout me va. L'avantage de tes releases, c'est qu'on a accès à un beau panel de doublages en super qualité.
      Donc, prends ton temps, patience est mère de sûreté lol.

      Supprimer
    3. Pour la VO, c'est surtout Jmister qu'il faut remercier, c'est lui qui s'est frappé tout le boulot de correction des sous-titres.
      Perso, comme je l'ai dit, la VO Japonaise ce n'est pas du tout ma came, surtout qu'elle me file mal à la tête (véridique), car j'ai une ouïe très sensible et leur voix est beaucoup trop aiguë, surtout celle des femmes. Pourtant, les films live j'arrive à les regarder en VO Japonaise, mais les animés, c'est vraiment compliqué pour moi.

      Supprimer
  16. c'est génial !
    merci
    prends le temps qu'il faut

    RépondreSupprimer
  17. Merci, Gilles, pour la suite ! Et bon courage pour la suite : long is the road.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Finalement, heureusement qu'ils n'ont pas tout doublé !!!

      Supprimer
  18. Super Taf, merci de nous régaler de la sorte, j'apprécie énormément.

    RépondreSupprimer
  19. merci pour les 5 nouveau j'avais tellement hâte, je te le dit ce soir je les aurai déjà tous vu^^

    RépondreSupprimer
  20. Ce site est une vraie pépite d'or, je vais suivre votre site attentivement, il y a un travail de titan derrière chaque repack.
    Lupin un des meilleurs animé qui existe, je vais les revoir avec grand plaisir. Merci beaucoup

    RépondreSupprimer
  21. La suite, la suite :-)

    RépondreSupprimer
  22. Un grand merci pour cette version 720p ;)

    RépondreSupprimer
  23. Merci pour votre excellent travail, personnellement je demeure au Québec et bien que plusieurs dessins animés japonais traduit en France était diffusé ici, la série des Lupin ne l'était pas alors je suis content de cette découverte :)

    RépondreSupprimer
  24. merci pour l'ajout des 5 nouveaux épisodes, et pense à reposer tes yeux !

    RépondreSupprimer
  25. merci pour cette série de mon enfance

    RépondreSupprimer